L’Espagne planche sur une loi obligeant le port du casque à vélo

Comme l’Australie il y a quelques années, c’est au tour de l’Espagne de penser à imposer le port du casque pour l’usage du vélo. Comme tous les cyclistes qui se reconnaîtront, ceci n’est peut-être pas la meilleure solution pour développer la bicyclette comme mode de transport…Laurence

A ce titre, une pétition en ligne contre cette mise en place.

Source : Fédération Européenne du Cyclisme (ECF: European Cyclists’ Federation) – Le 27/07/2012

Le gouvernement espagnol cherche à mettre en œuvre une législation pour le port du casque obligatoire. Cela pourrait avoir des conséquences désastreuses pour le cyclisme et aussi pour l’Espagne, avec le succès des plans d’actionnariat du vélo, explique Ceri Woolsgrove (Chargé de mission pour la sécurité routière de l’ECF, et des questions techniques).

 

La Direction générale de la sécurité routière espagnole introduit la législation du port du casque à vélo.

Ce serait un désastre pour le nombre croissant du cyclistes en Espagne, et par conséquent pour la sécurité de ces cyclistes. Il a été démontré de façon constante, que plus il y de cyclistes, meilleure est la sécurité pour chacun de ces cyclistes. Plusieurs études de cas pointent vers le fait que le port du casque réduit considérablement le nombre de cyclistes, et il peut y avoir un contre-résultat intuitif du fait de l’augmentation du risque pour les cyclistes.

 

Le Vélo espagnol basé à Séville préconise :  « Un Contramano: Asamblea Ciclista de Sevilla » :

« Tous les pays avec les plus hauts niveaux de l’utilisation du vélo ont les plus faibles risques par kilomètre parcouru (Pays-Bas, le Danemark, l’Allemagne …), ont choisi de créer les conditions routières plus sûres plutôt que de promouvoir le port du casque à vélo. En revanche, les pays où les casques de vélo sont obligatoires (Australie, Nouvelle-Zélande …), ces pays ont vu une diminution importante du nombre de cyclistes, avec seulement une petite goutte d’eau en rapport aux nombre de blessures graves à la tête. »

 

Santé publique : les bienfaits du cyclisme l’emportent sur les risques

Cette baisse de l’usage du cyclisme a également un effet sur la santé publique. Un chercheur a montré récemment, que même avec une petite baisse de l’usage du vélo de 1-2% en raison de la législation du port obligatoire du casque, cela conduirait à un « désavantage »  au niveau global de la santé,  même en tenant compte de la diminution de blessures à la tête.

Il aura également un impact énorme sur la floraison des politiques publiques des flottes de vélos en libre-service en Espagne. Ces politiques sont très allergiques à tout type de législation sur le port des casques, et les déchets de tous les investissements et le bon travail qui va dans leur création. À l’heure actuelle il y a environ 74 politiques publiques de partage de flotte vélos en libre-service en Espagne, à la fois petites et grandes. L’expérience de partout dans le monde montre que la législation obligatoire du port du casque de vélo a un effet désastreux sur l’usage du vélo.

 

4.86 milliards d’€uros de perte pour l’économie !

Et n’oublions pas tous les cyclotouristes qui vont en Espagne chaque année en vacances. Ils ne voudront pas porter de casques et en conséquence pourraient oublier d’apporter leur porte-monnaie ! N’oublions pas que le tourisme à vélo en Espagne est une valeur estimée à €4.86 milliards par an.