L’A8 bouchonne quotidiennement

Cet article du Nice Matin de ce jour, n’a besoin d’aucun commentaire supplémentaire ; tout est hélas dit ! Un accablant constat au quotidien ! …

 

Publié le   

 Embouteillage de 27 km au concert de Muse juin 2013
C’est le soir du concert de Muse (26.06.2013) que la Côte d’Azur a vécu son embouteillage record avec près de 27 kilomètres de paralysie routière.Patrick Clementé

Plus un matin sans qu’entre Mandelieu et Monaco, les bouchons ne s’étirent sur des dizaines de kilomètres. Un mal endémique mais paradoxal: en dix ans, les immatriculations ont baissé de moitié.

Le bouchon d’or ? Ce pourrait être en 2013 le fameux soir du concert de Muse qui, cet été, virent l’A8, Nice et ses abords englués plusieurs heures durant, dans 27 km d’un embouteillage monstre. Ou y aura-t-il encore pire ? Qui sait, vendredi soir prochain, lors de la conjonction de la sortie des bureaux, du concert de Bruel au Nikaïa et du derby foot entre Nice et l’OM à l’Allianz Riviera ? Bloqués jour après jours dans des dizaines de kilomètres de bouchons, les Azuréens n’ont parfois plus que l’humour comme issue… de secours.

Moins de voitures, plus de bouchons

Paradoxe, pourtant, le nombre d’immatriculations de véhicules neufs n’a cessé de diminuer dans les A.-M. depuis dix ans : près de 69 000 en 2002 contre à peine plus de 37 000 l’année dernière. Moins de voitures, mais de plus en plus de bouchons, donc.

Comme un mal chronique dont on ne verrait jamais la fin. Et qui n’épargnerait aucun territoire urbain de la Côte. C’est cependant sur l’A8 – entre Fréjus et Menton – que les points noirs sont devenus quotidiens. Il n’est plus rare de faire 25 km entre Cannes et Nice en une heure, voire 1 h 10, le matin.

S’il fallait dresser un palmarès, c’est sans doute l’entrée de Nice, entre 7 et 9 heures qui décrocherait le pompon de la queue-leu-leu. Ici, 150 000 véhicules se croisent tous les jours. Et de 7 à 10 km d’embouteillages se forment tous les matins ou presque, bloquant la chaussée sud de l’A8 de la sortie Promenade à Nice jusqu’à Villeneuve-Loubet. « Si en plus, à cette heure-là, il y a un accident, même un tout petit accrochage, on peut s’engluer dans la nasse automobile juste après le passage du péage d’Antibes et y rester jusqu’à Nice », confirme Niels, 43 ans.

Difficile de quitter l’autoroute…

Chez Escota, Isabelle Escapin, la chargée, de communication, joue la transparence. L’inventaire de l’embouteillage chronique, elle le livre sans détour. Il débute à la sortie Cannes en venant de Fréjus, à 8 h en général par 3 à 4 km de trafic paralysé. Se poursuit à la sortie Antibes, entre 8 h et 9 h 15, par 2 km en venant de Cannes et jusqu’à 7 km lorsqu’on arrive de Nice. Dans les deux cas, les salariés de Sophia Antipolis en sont les victimes.

Voila pour l’essentiel, auquel il faut cependant ajouter les bouchons à géométrie variable sur l’A8 toujours, mais à la sortie Monaco : « C’est un fait. Mais, comme dans la plupart des cas, c’est la difficulté qu’ont les automobilistes à quitter l’autoroute qui en est la cause. Si, cinq à six fois par jour parfois, nous sommes contraints de fermer la sortie Monaco, c’est juste pour que tout le trafic de l’A8 ne soit pas paralysé à cause des bouchons qui se forment dans le tunnel A500. Et ça, ce n’est pas de notre fait ».

D’ici à dire que l’A8 serait victime de son environnement urbain, il n’y a qu’un pas. Sauf que ces six dernières années, « l’entonnoir automobile du pont de la Manda à Carros ou celui, quotidien, de la vallée du Paillon entre Contes et Nice ont été résorbés grâce aux investissements du conseil général », rappelle Bertrand Gasiglia, conseiller auprès d’Eric Ciotti.

Seule certitude, il y a un peu moins de dix ans, avant qu’on n’applique la limitation à 110 km/h sur l’A8, un test avait été réalisé entre Mandelieu et Menton : il fallait alors 2 h 19 pour rallier les deux villes par les routes secondaires, 1 h 20 en train, mais seulement 56 minutes grâce à l’autoroute ! Aujourd’hui, il faut parfois plus d’une heure pour faire 30 km sur l’A8 et sur les routes secondaires les temps de trajet sont parfois aléatoires.

Ouverture de l’enquête publique du Bus-Tram Antibes-Sophia

Aujourd’hui démarre l’enquête publique du « Bus Tram » d’Antibes-Sophia Antipolis et ce jusqu’au 17 janvier 2013, sur le site de la Communauté d’Agglomération Antibes Sophia Antipolis (CASA) :

« L’Enquête publique unique préalable à la déclaration d’utilité publique (DUP) du projet d’un transport en commun en site propre (TCSP) pour le « Bus Tram » et emportant la mise en compatibilité des plans locaux d’urbanisme (PLU) des communes d’Antibes et de Biot, se déroule du 6 décembre 2012 au 17 janvier 2013. »

Détails de l’Enquête publique Bus Tram Antibes Sophia_Du 06.12.2012 au 17.01.2013 et TSCP_Le choix de la performance

 

Dossier : projets en cours : BHNS & TCSP

Sophia : Transports en Commun

Depuis la rentrée de sept-2012, autant les Lignes d’Azur du CG06 que celles d’Envibus de la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis (CASA), ont dû augmenter leur capacité de transport. Effectivement, il y a eu depuis l’ouverture du Campus STIC de la zone de St Philippe à Sophia, mais aussi de plus en plus de nouveaux usagers des transport se joignent aux réguliers. En cause ? Vous le devinez déjà …l’augmentation du prix du carburant, moins de pouvoir d’achat …et il serait dommage de transférer tout son budget personnel dans ses déplacements domicile-travail ! Alors, si on a le choix et la possibilité, autant prendre un transport en commun ! Surtout qu’un des gros avantage des Alpes-Maritimes, est le billet unique : « Ticket Azur » à 1 € le trajet* ! Profitons des moyens à notre disposition ! … Laurence

Un point sur les réseaux de transport en commun des Alpes-Maritimes, avec la carte interactive du SYMITAM (Syndicat Mixte des Transports des A-M) sur le site : www.Céparou06.fr

 

 

 

* Rappel « Ticket Azur »Ce “Ticket Azur” permet d’emprunter successivement deux réseaux de transport, pour réaliser un voyage comprenant une correspondance entre l’une des lignes du réseau Lignes d’Azur du CG06 et l’une des lignes des réseaux suivants : Envibus (CASA), Communauté de la Riviera Française (CARF – Menton et sa région), Sillages (Grasse et sa région), Bus Varmer (Carros et sa région), Ligne d’Azur (Nice et sa région), Bus Azur (Cannes et sa région). Ce titre vous permet d’effectuer un voyage unique sur le réseaux dans un délai de 2h30 

 

Autre avantage, la « Carte Azur » avec les réseaux Lignes d’Azur, Envibus et la Compagnie des Autobus de Monaco : des trajets illimités en bus et en tramway, pour 1 € par jour dans les Alpes-Maritimes !

 

 

Augmentation de la capacité d’accueil des bus Envibus, dès la rentrée de sept-2012 :

Mise en place de véhicules en plus sur la 100 Express (Antibes-Sophia), pour des départs toutes les 10 minutes en heures de pointe et 20 minutes en journée (précédemment 15’ et 30’ en moyenne) => 18 départs en plus depuis septembre (livraison de 2 véhicules standards en avril 2012)

-> Bilan des 3 premières semaines :
Plusieurs départs de la ligne 100 Express affichent complets, malgré la mise en place de 2 véhicules plus grands (capacité 100 places au lieu de 70) et malgré un nombre de départs augmenté !

-> Solutions mises en place pour palier à cela :
Mise en place de 2 doublages matin et soir pour répondre à la demande. Répartition des charges dans les véhicules.

 

Article de WebTimeMedias, du 8 nov-2012 : Bus, la ligne Nice-Sophia renforcée

La liaison par bus Nice-Sophia Antipolis va être renforcée le matin et le soir. Le Conseil général a annoncé en effet qu’à compter du 12 novembre prochain la Ligne 230 va être renforcée de deux allers-retours supplémentaires chaque jour. Deux bus supplémentaires circuleront le matin et le soir :

  • Pour l’aller : à 7h00 et 7h40 au départ de Nice.
  • Pour le retour : à 17h10 et 18h10 au départ de Sophia.

Ce renforcement intervient suite à la forte augmentation de la fréquentation de la ligne 230 entre Nice et Sophia Antipolis depuis la rentrée scolaire. Un accroissement du, notamment à l’ouverture du campus SophiaTech dont les élèves sont logés à Nice. Actuellement, des pics à plus de 3 000 utilisateurs quotidiens sont relevés sur la ligne.

La mobilité douce en ligne avec Startup Show !

La mobilité douce, vous interpelle, vous intéresse, vous vous demandez ce que c’est exactement ?

Jeudi 5 juillet 2012, de 17h00 à 17h30, connectez-vous en ligne sur : http://www.startup-show.com/ et posez directement vos questions à : Georges Gallais – Ingénieur dans l’industrie automobile, Georges est passé par l’INRIA de Sophia avant de fonder en 2006 VU Log, une start-up qui a donné de l’intelligence aux systèmes d’auto-partage comme : Cité Vu à Antibes,  « Autobleue » à Nice ou de véhicules en libre-service tel AutoLib.

En partenariat avec WebTimeMedias, article du 29.06.2012

 

 

La mobilité douce ! Beaucoup en parlent. Georges Gallais, fondateur de VU Log, lui, la fait. Sortie des travaux de l’Inria Sophia et créée en 2006, sa société s’est donnée pour objectif de développer des solutions logicielles de mobilité urbaine. Tout naturellement elle s’est positionnée sur le créneau de l’auto-partage autour du véhicule électrique. Des services qu’elle cherche à rendre intelligent à la fois pour faciliter la gestion de l’organisateur et l’utilisation pour l’usager.

 

Après des séries de tests sur Antibes, VU Log a décollé. La jeune pousse a signé l’an dernier plusieurs contrats en 2011, dont celui du service « Autobleue » à Nice. Un service qui marche aujourd’hui très fort avec 3.000 abonnés pour 130 voitures électriques. La preuve par la mise en oeuvre sur le terrain! Des services de mobilité douce, des concepts, des réalisations, des projets que Georges Gallais aura l’occasion de vous présenter lors du prochain Startup-show.

Il aura lieu jeudi 5 juillet de 17h à 17h30 et ce sera le dernier avant la saison estivale pour une reprise début septembre. Ce Chat Video se fera avec notre nouveau partenaire, la société FG Medias. Spécialiste vidéo, elle a rejoint les trois fondateurs du Startup-show (Nasteo, RivieraCube et WebTimeMedias) et apporte tout son savoir-faire dans le domaine de la prise d’images.

Deux mots sur Georges Gallais, ingénieur passé par l’industrie automobile, il a rejoint l’Inria pour acquérir un savoir-faire en matière d’ingénierie logicielle. Avant de créer VU Log, il avait déjà beaucoup travaillé sur ce domaine de la mobilité et avait remporté les premiers Galileo Masters, un concours européen destiné à récompenser les meilleures applications satellitaires. VU Log, installée aujourd’hui dans la pépinière d’entreprises de Nice Côte d’Azur, compte aujourd’hui 9 personnes sur la Côte d’Azur et deux dans son laboratoire de Rueil Malmaison, ville où l’équipe mène une expérimentation grandeur nature.

A l’heure où beaucoup de villes, pour éviter l’engorgement cherchent à mettre en place des solutions d’auto-partage ou de véhicules en libre-service, Georges Gallais se déplace beaucoup en France et en Europe et ne manque pas de projets. Un de ses rêves : monter un service d’auto-partage à Rome. La ville éternelle !

A voir aussi :

TICTAC, Système d’Info Voyageurs temps réel de l’éco-mobilité

VU Log et Clean Energy Planet : l’autolib et le vélib associés !

VU Log (Antibes) retenu par Veolia Transport pour sa solution d’autopartage

Sophia : VU Log remporte le Galileo Masters 2005

CASA / Envibus 2.0 (nouvelle robe des bus)

Avec le Printemps qui est là, la Communauté d’Agglomération d’Antibes Sophia Antipolis a décidé de redonner une nouvelle robe à ses bus Envibus ! Venez à leur découverte demain matin : lundi 2 avril 2012, à la Maison des association d’Antibes (288, chemin de St-Claude, 06600 Antibes). J’y serai ! … Laurence

 

Rappel : Envibus  

Photos de l’évènement :

Veolia Transport retient VU Log pour sa solution technologique d’autopartage

Deux acteurs des Alpes-Maritimes au coeur de la nouvelle technologie ! Bravo 🙂 Laurence

Source : InvestInCotedAzur.com, le 17/10/2011

VU Log et Proxiway (filiale de Veolia Transport) confirment leur partenariat de mobilité urbaine

VU Log – pionnier de solutions technologiques pour véhicules en libre-service – et Proxiway (filiale de Veolia Transport) premier opérateur privé européen de transport public – confirment leur partenariat de mobilité urbaine.

VU Log a inventé un service de véhicules urbains électriques intelligents en libre accès. Les outils et services technologiques de gestion de la mobilité urbaine développés par VU Log répondent aux besoins des constructeurs automobiles, des opérateurs de transport public mais aussi des collectivités locales, des entreprises et des complexes touristiques.

«Parmi les éléments technologiques décisifs de la solution VU Log, nous pouvons citer l’interface homme-machine parfaitement intégrée ou la console d’exploitation dotée de nombreuses fonctionnalités. Mais aussi et surtout, la compréhension des besoins et l’expertise en matière de mobilité urbaine des équipes VU Log qui nous amène à poursuivre ce partenariat.» Déclare Olivier DELASSUS – Directeur Proxiway.

Succès du système d’information déployé à Nice : une réalisation VU Log / Proxiway – Veolia Transport

Moins de 6 mois après le lancement du service d’autopartage électrique Auto Bleue (géré par le groupement Venap, composé de Veolia Transport et d’EDF), la ville de Nice vient de célébrer l’inscription de son 1 000ème abonné. La société VU Log a été retenue par Venap pour fournir l’ensemble du système de gestion du parc d’Auto Bleue dont l’intégration a été assurée par ADM Concept.

Inaugurée en avril 2011, Auto Bleue a enregistré près de 4.000 réservations et la flotte a cumulé plus de 100.000 km et 12.000 heures de location. Pour rappel, d’ici fin 2012, Auto Bleue comptera 210 véhicules et 70 stations en service. (Sources AVEM).

«Nos solutions nous permettent de proposer une mobilité urbaine adaptée aux villes du 21esiècle. Déployées à Antibes, Nice, la Rochelle et Rueil-Malmaison, les solutions VU Log sont aujourd’hui plébiscitées pour leur approche globale et centrée sur les déplacements de l’individu. La confiance témoignée par Veolia Transport pour notre expertise technologique dans les systèmes d’informations temps-réel, prouve notre capacité à proposer des solutions innovantes, flexibles et durables.» Déclare Georges GALLAIS – Président/Fondateur de VU Log.

 

Les solutions technologiques VU Log

VU Log développe et commercialise des solutions logicielles permettant de gérer et d’optimiser tout type de flottes de véhicules (électriques, thermiques, deux et quatre roues) en libre-service ou en autopartage. L’entreprise s’adresse aux collectivités souhaitant déployer un service de véhicules individuels publics en libre-service (solution VU Soft) ou aux entreprises disposant d’une flotte de véhicules afin d’en optimiser l’usage tout en diminuant ses coûts (solution Optimum). Ces solutions permettent une gestion optimale et en temps réels de la mise à disposition et du suivi de véhicules, une relation client (réservation, abonnement, facturation) interactive et instantanée et de bénéficier d’outils de traitement, d’analyse et d’optimisation des données collectées.

En savoir plus : www.auto-bleue.org ; www.vulog.fr

La Rue du Futur à Antibes, table ronde du 28/10/2011

Comme promis à toutes les personnes qui me l’ont demandé, voilà mes prises de notes de cette table ronde / conférence du vendredi 28 oct.-2011, à la Villa Eilenroc au Cap d’Antibes. J’y ai rajouté quelques liens correspondants aux sujets concernés, afin d’y  apporter des éclaircissements. Si vous avez des questions ou des points d’information à ajouter, n’hésitez-pas ! Merci … 🙂 Laurence

 

Notes sur la rencontre débat La Rue du Futur, Cap d’Antibes – Villa Eilenroc, ven. 28 oct. 2011, à 19h00

A destination des décideurs et acteurs du territoire accueillant la manifestation, cette rencontre/débat a permis de faire connaître le travail de la commission européenne sur les questions de mobilité urbaine innovante, et de nouer les contacts avec les territoires européens (Sardaigne, Espagne, Suisse, Grèce, Belgique, Finlande, France (La Rochelle), etc…)

Mots de bienvenue et d’introduction de Jean Léonetti : « On ne peut pas être seul dans les déplacements, au niveau européen. En 2030, on aura la moitié des modes de fonctionnement des véhicules ; en 2050, les véhicules auront disparus !  Nous devons imaginer le futur ! Un monde qui s’éteint est différent d’un monde qui se créé. Il faut être conscient que tout ne reviendra pas comme avant ! Donc, c’est une réelle opportunité. Nous vivons une grande période de « mutation », comme au moment de la Renaissance… Nous devons réaliser un autre monde ! »

Liste des participants de la table ronde :

  • Animée par Laurent Meillaud, Journaliste spécialiste de la voiture du futur et des nouvelles technologies
  • Jean Léonetti, Député Maire d’Antibes, Président de la CASA, Ministre des Affaires Européennes
  • Eric Ponthieu, Chef de l’unité des Transports et de l’énergie du comité européen économique et social
  • Thierry Chanard, Urbaniste suisse
  • Michel Parent, Chercheur à l’INRIA de Paris
  • Georges Gallais, Spécialiste des nouvelles technologies de la mobilité, fondateur de VuLog
  • Frédéric Fourquin, Président du club des dirigeants de Sophia Antipolis, Directeur de Galderma R&D
  • Christian Berkesse, Maire et Vice-président en charge des déplacements et des transports de la CASA

Une projection du film (20 min), de J-Baptiste Mathieu : « Et si nos villes avaient des ailes ? » à laquelle ont assisté les décideurs du territoires (élus, dirigeants, associations … Dans les associations, étaient présents des représentants de : Avarap06, Conseil de Développement de la Casa, Jeune Chambre Economique d’Antibes Sophia Antipolis, Travisa…)

Et si nos villes avaient des ailes: Un artiste invente notre futur (1) (6 min09)

Dessin de Luc Schuiten (Artiste visionnaire bruxellois)

Et si nos villes avaient des ailes: Un urbaniste inspiré (2) (4 min36)

Autre lien : Et si nos villes avaient des ailes: Plus besoin de conduire (6) (8 min48)

Déjà en 2004, une expérimentation avait été menée à Antibes, avec le CyberMove, où le véhicule se déplaçait tout seul, sans conducteur. Presse : « En route vers la voiture du futur ». Rapport d’expérimentation

En sept. 2007, un autre colloque : « Comment se déplacer demain ? » Un franc succès !

Eric Ponthieu : avec CyberMove en 2003, 201 millions d’€uros. La prochaine étape est en 2012, avec 5 villes européennes et des tests en terrain et temps réels.

Les nouveaux modes de transport donnent une nouvelle  dimension pour se déplacer (mieux que les autos actuelles). L’Europe n’a pas de compétences en gestion de modalité urbaine, mais elle peut financer les recherches. Un réel potentiel d’innovation et de création.

 

Georges Gallais : VuLog est né via CyberCar. On peut prouver que ces projets sont durables et créateurs d’emploi

 

Claude Laurgeau remplace Michel Parent (abs) : a écrit en 2010 :« Le siècle de la voiture intelligente » 

(Spécialiste de la robotique, ex prof à l’Ecoles des Mines)

Il y aura une révolution dans les transports d’ici 20 à 30 ans. Maintenant, l’industrie du transport représente 10 à 15% des emplois et du PIB ; c’est énorme !

Comparaison : en 1911, époque des chevaux, des carrosses, des crottins, des maréchaux ferrants. En 30 ans, tout à disparu ! 100 ans après, on est en train de vivre la même chose (qu’en 1911) => Nous vivons l’institut de la Mobilité (constructeurs, e-véhicules, automatisation des véhicules…)

=> Création de la nouvelle mobilité, c’est optimiser l’existant. Il faut que nous changions l’urbanisme, le paradigme = c’est à dire, que nous devons « remplir » les autos, avec le covoiturage ; ou bien utiliser l’auto différemment et à plein temps, avec l’auto-partage => Ce sont les 2 clefs !

 

Jean Léonetti : nous sommes en  état de crise, de rigueur et une relance doit s’imposer. C’est à dire que nous devons être capables de freiner et d’accélérer en même temps !

  • Il faut cibler l’utile (subventions : universités, recherches, Galiléo …)
  • Créer une croissance, de la compétitivité, des emplois
  • Recherche : augmentation de l’espoir tue la crise
  • Maintenant, nous devons imaginer le monde de l’Europe d’après (pour tuer la spéculation actuelle)

Thierry Chanard : CityNet Mobil / CityMobil ; les CyberCars qui tournent à Rome/ Heathrow / Castellon (en zone limitée).
  • CityMobil 2 : ce sont les NTIC en terrain réel (déc. 2011 – fin 2012).
  • Transformer la contrainte en opportunité – Le robot conduit mieux que l’humain !

 

Frédéric Fourquin : avec MHC Conseil, le Club des Dirigeants de Sophia a lancé une étude (PDIE Sophia Mobil’), où 82% des salariés de la technopole se déplacent seuls (en comptant les personnes amenant leurs enfants à l’école), dans leur voiture, comme partout ailleurs en France. Ces salariés seraient prêts à changer leurs modes, mais à quels prix ?

  •  Il manque des informations sur les Transports en Commun (à venir, écrans d’infos en entreprise)
  • Le prix du carburant augmente => les gens font du covoiturage
  • Le projet du Bus tram (BHNS-TCSP) en 2016, il faudra trouver un autre moyen de transport pour se déplacer à Sophia, des navettes, afin de desservir les 1 600 entreprises et les 30 000 salariés de la technopole

 

Christian Berkesse : reconnaît qu’il y a des soucis dans les transports en commun. Envibus grâce au BHNS va évoluer ; la CASA  est candidate pour tester des véhicules automatiques

 

Eric Ponthieu : de nouvelles fonctions dans les études de comportement

  • Acceptation + Adhésion / Enthousiasme des citoyens au changement
  • Utiliser tous les moyens
  • Faire participer les citoyens à Bruxelles + localement créer des conférences, des tables rondes…

 

Georges Gallais (Auto-Bleues Nice) : déjà 2 000 personnes adeptes aux auto-partages en France !

  • Les gens sont ravis d’utiliser ces nouveaux modes

 

Thierry Chanard : par rapport à Cristal : on verrait bien circuler ces véhicules sur la CASA, en complément du BHNS sur Sophia. Pourquoi Sophia ? Car c’est un site bien différents des autres. Une sorte « d’archipel » avec des îlots.

  • L’idée serait d’utiliser Cristal en libre service en heures creuses et en Transport en Commune aux heures de pointes (Cristal peut contenir 13 personnes debout ou 6 assises, par navette)
  • Des grandes entreprises (comme Amadeus) pourraient avoir des besoins spécifiques
  • Ou bien, des navettes comme transport à la demande …

 

Claude Laurgeau : 130 km/h en véhicule automatique, testé en 2001 !

  • Il faut se lancer des défis pour avancer ! Se lancer des nouveaux progrès scientifiques !
  • Apprendre aux robots à faire les choses.


Georges Gallais : on peut dialoguer avec la machine via un Smartphone. C’est un objet « magique » avec lequel on a accès à tout !

  • Usages
  • Besoin d’expérimentation, des testeurs
  • Affiner la technologie en fonction du besoin

 

Frédéric Fourquin : Sophia Antipolis est un gros « îlot » : comme un centre d’expérimentation

  • Il faut communiquer pour partager (« mesurer pour progresser »)

 

——————Fin de la table ronde —————Place aux questions/réponses ——

La suite avec CityMobil 2 : 10 villes inscrites (voir listing début du document)

  •  C’est une compétition sur 18 mois, la ville doit faire acte de candidature (ex avec la Casa) ; différentes candidatures
  • Evolution
  • Testé avec des expérimentateurs / démonstrateurs
  • 55 navettes Cristal prévues en 2016 ? Dont 5 opérationnelles, afin de les mettre en service réellement
  • Apprendre, légaliser, homologuer aux normes européennes

 

———————————-Conclusion de Jean Léonetti——————–

  •  On nous demande toujours quand ? Quand cela sera possible ?  Avant on répondait : « peut-être… »
  • Maintenant on peut répondre : « Un jour c’est sûr ! »
  • Le vieil Antibes a plus de 2 600 ans : la ville s’essouffle et c’est une erreur que d’y faire passer nos automobiles actuelles.
  • Nous devons innover. Les villes de demain seront meilleures que les villes de maintenant !
  • Sophia Antipolis n’a que 40 ans !
  • Alphonse Allais disait : « Il faut construire la ville à la campagne »…

 

 Info presse :

—Une photo de la table ronde et d’autres du 29/10/2011, place De Gaulle Antibes, expérimentation —

Fermeture occasionnelle de la RD6098 – Rte du bord de Mer (06)

Message du CG06 :

A la demande de Lionnel LUCA et en accord avec les communes de Villeneuve Loubet et d’Antibes, le CG06 a neutralisé la RD 6098 (Route du bord de mer) à la circulation automobile entre le 1er parking en bord de mer coté Marina et la Siesta, le Dimanche 23 Octobre 2011, de 08h30 à 11h30

« Le but est d’offrir un usage totalement libre de la chaussée, dans ce site remarquable, aux piétons et mode doux en excluant toute organisation de type commerciale et toute animation ».

Si l’opération rencontre le succès, une périodicité de ces accès réservés pourra être envisagée une fois par mois. (en dehors des vacances scolaires et des périodes estivales).

Info sur le site du CG06 (clic image) :

Un article du Nice Matin, le 24 oct.2011, sur le sujet

Ou une autre cause annuelle de fermeture de cette route … :-/

Photo Nice Matin, Cyril Dodergny

Semaine de la mobilité : la gratuité pour tous sur tout le réseau Envibus

Voila un réseau de bus dynamique, parti sur de bonnes bases …mais aussi un peu victime de son succès. Depuis la rentrée scolaire 2011, la ligne 100 Express (gratuite) est saturée ; la 1 est souvent en retard et il y a une réduction des bus sur la ligne 9 ! 😮 Des usagers excédés qui se plaignent et qui ne voient aucun changement positif ! 🙁 …Laurence

Les transports publics (8,5 millions de voyages en 2010) font de plus en plus d’adeptes sur le territoire de la CASA. Mais il faut en convaincre de nouveaux, en attendant pour 2016 le futur bus-tram qui reliera Antibes à Sophia Antipolis.

La gratuité sur tout le réseau Envibus du 16 au 22 septembre, c’est l’initiative prise par la CASA, à l’occasion de la semaine de la mobilité, pour inciter de nouveaux usagers à emprunter les transports en commun pour se déplacer. Parmi les RV fixés tout au long de cette semaine, un stand d’information accueillera le public, place de Gaulle à Antibes, le 21 septembre de 8h30 à 17h30, y sera notamment présenté le nouveau guide « Mon réseau de bus ».

« Nous allons poursuivre nos efforts pour proposer un service de qualité et adapté » a insisté Jean Leonetti, président de la Casa, en dressant le bilan des actions entreprises dans le secteur des transports publics ces dernières années. Une nouvelle étude va être lancée pour affiner le réseau et ses dessertes. « Mais d’ores et déjà, le bilan est largement positif » a complété Christian Berkesse, maire de la Colle et vice-président délégué aux transports et aux déplacements pour la CASA.

Le succès de la ligne 100 express

La ligne 100 express, qui relie la gare routière d’Antibes à celle de la technopole de Sophia Antipolis a enregistré une hausse de fréquentation de 24% sur les huit premiers mois de l’année 2011, et l’enquête menée auprès des usagers affiche un taux de satisfaction  de 98% pour l’accueil. Exploitée en régie, cette ligne, gratuite pour tous les usagers qui disposent de la carte d’abonnement (que l’on peut acquérir au prix de 5 euros pour 5 ans), accessible au prix d’un euro pour les passagers occasionnels, a transporté 1,5 million de passagers depuis sa création, en 2007.

Elle intéresse plus particulièrement les quelque 30 000 salariés et les 5000 étudiants qui travaillent et étudient sur la technopole. Elle préfigure, enfin, le bus-tram  en site propre (un projet de 100 millions d’euros) qui sera mis en service en 2016. Les travaux de la gare multimodale d’Antibes, son futur point de départ, devraient commencer avant la fin de l’année pour une livraison en 2014, un investissement de 15,35 millions d’euros.

Sur-mesure et aménagements pour les voyageurs à mobilité réduite

Icilà, le réseau de transports à la demande, qui affiche 3500 adhérents pour les 16 minibus circulant sur le territoire de la CASA, enregistre également avec ses 93 000 voyages, d’avril 2010 à avril 1011, une hausse de fréquentation de 34% sur un an.

Parmi les rendez-vous de la semaine de la mobilité, figure, jeudi 22, une session de formation pour les conducteurs de Veolia, la société qui exploite le réseau, afin d’améliorer la prise en charge des personnes à mobilité réduite. Leur proposer un service qui répondent mieux à leurs besoins fait partie des priorités de la politique de transport de la Casa. Ainsi des travaux d’aménagement ont été réalisés pour rehausser les quais sur la gare routière d’Antibes, ils sont en cours à la gare de Sophia Antipolis. A terme, tous les quais seront aménagés avec le soutien des communes.

Enfin,  pour les irréductibles de la voiture, l’objectif est de favoriser le covoiturage depuis le lancement, en avril 2008, du site  www.ottoetco.org mutualisé avec celui du conseil général www.equipage06.fr

Retour vers le futur

Comment circulerons- nous en ville demain ? On pourra s’en faire une petite idée les 28 et 29 octobre, sur la place De Gaulle à Antibes, en testant les premiers cybercars écologiques qui nous seront proposés demain, un évènement organisé dans le cadre du projet CityNetMobil, dans lequel Antibes est associé à un consortium européen.

Source : WebTimeMedias, Publié le Lundi 19 sept.2011 – 14:56 par Christiane Navas – Vu 118 fois sur le site
 

A voir aussi

Envibus : Avec le même ticket, voyagez 3 fois moins longtemps…

Nice-Matin ACTUALITÉ – Antibes Lundi 11 juillet 2011
Le temps de validité des titres de transports n’est plus de 3 heures sur le réseau de la Casa. Mais seulement d’une heure. Les usagers grondent…
Avec le temps de correspondance réduit, il est désormais quasiment impossible de faire ses courses en ville avec un seul ticket quand on habite un peu loin. Photo Vincent Rossotti 

Avec le temps de correspondance réduit, il est désormais quasiment impossible de faire ses courses en ville avec un seul ticket quand on habite un peu loin.© Photo Vincent Rossotti

Elle a d’abord cru à un bug de l’oblitérateur. Car, pour Pascale, il n’y avait absolument aucune raison que son ticket de bus soit rejeté ce lundi. Depuis le temps qu’elle emprunte les transports en commun d’Antibes, elle connaît parfaitement les règles. Et sait bien qu’elle a trois heures devant elle pour faire ses courses dans le centre-ville avant de retourner à son domicile…

« C’est une augmentation qui ne dit pas son nom »

Et pourtant, Pascale n’a pas été victime d’une erreur de machine ce lundi. Son ticket n’était bel et bien plus valable. Car la réglementation a changé le 1er juillet. Exit les trois heures de correspondance. Désormais, et ce pour toute l’année, le temps de validité d’un ticket de transport du réseau Envibus (ticket à un euro et pass 10 voyages) est seulement d’une heure. Pour justifier ce changement la Casa argue d’une nécessaire uniformisation des réseaux du département : «Depuis 2004, nous avons mené une politique volontariste en matière de tarification en étant la première autorité organisatrice des transports à instaurer dans notre département le ticket à 1 euro, lance la direction de la communication. Dans le cadre du SYMITAM (Syndicat mixte de transport des Alpes-Maritimes 06), les réseaux de transport urbains du territoire des Alpes-Maritimes tendent à harmoniser leurs pratiques commerciales afin de rendre toujours plus lisible et cohérente l’offre de transport pour les usagers. Le passage de la durée de validité du titre unitaire de 3 h à 1 h s’inscrit dans cette démarche.»

Cependant, ces explications ne semblent pas convaincre grand monde du côté de la clientèle. « Cette nouvelle règle est une augmentation qui ne dit pas son nom, peste Michel, un usager. Pour moi qui habite à 25 minutes de bus de la vieille ville, il m’est désormais impossible de faire l’aller-retour avec un seul ticket. Du coup, l’addition a doublé. » Et Monique, qui habite chemin des Combes de confirmer, amère : « Avant, je pouvais faire un tour au marché provençal, aller à la Poste et reprendre le bus avec un euroMaintenant, c’est le double. Je trouve vraiment que c’est exagéré. Surtout que le système avait été pensé à l’origine pour encourager les déplacements en bus. Si les gens de la Casa veulent que l’on roule en voiture, ils ne peuvent pas mieux s’y prendre…

pcomet@nicematin.fr

Source : Pierre Comet  Nice-Matin

 

DDThlon® : 1er Rallye pédestre à Antibes, Dim. 5 juin 2011

A l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, la Jeune Chambre Économique d’Antibes Sophia Antipolis (JCE ASA) organise avec la commune d’Antibes Juan les Pins et le soutien de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis (CASA), son 1er DDthlon® le 5 juin 2011 à Antibes, dans le quartier des Semboules de 9h30 à 13h.

Veuillez trouver les derniers éléments sur le déroulement de la manifestation :

– Elle se déroulera au bas de la rue Max JACOB (après le stade Paul CHARPIN)
– Départ des équipes à partir de 9h30.
– Le rallye se déroule sur le parcours de santé des Semboules, à Antibes.


Il s’agit d’un rallye pédestre ludique et pédagogique sur le thème du Développement Durable, afin de sensibiliser le grand public à l’éco-citoyenneté et à la protection du patrimoine environnemental.

Le DDthlon® n’étant pas une épreuve sportive, les équipes familiales sont les bienvenues ; aussi bien qu’entre amis, collègues…
Départ jusqu’à 11h pour le rallye.

Lors de cette 1/2 journée :

– Une animation de Barefoot avec Paul (YouTube)
– Les résultats de la thermographie aérienne de la CASA seront présentés
– Echange d’ampoules à incandescence par des ampoules fluo compactes avec EDF
– Des ateliers pour les enfants
– Une collecte de bouchons par France Cancer
– Et des lots à gagner

Merci de vous inscrire sur cette adresse : ddthlonasa@gmail.com ou Contactez Thomas : 06 18 36 03 57

Soyez créatif en inscrivant le nom de votre équipe ! 🙂
Coût : 2 € par équipe (de 6 pers. maximum)

Et apportez votre pique-nique !

En détail :
Aux différentes étapes du rallye, les équipes de DDthlètes se familiariseront avec les termes du développement durable, au travers de questions sur divers thèmes : énergie, transports, eau, air, biodiversité, climat, tri des déchets, alimentation/agriculture, recyclage, place de l’humain dans le Développement Durable et par des épreuves pratiques comme le tri.

Les équipes seront départagées sur leurs réponses aux questions et aux épreuves mais également sur l’esprit qui les a animées pendant le rallye : entraide, respect des autres équipes et de l’espace dans lequel elles ont évolué, soif d’apprendre et de découvrir.

Des lots récompenseront les premières équipes et toutes repartiront avec un souvenir du DDthlon®, respectueux des grands principes du développement durable.

Afin de vous présenter ce qui se fait en matière de développement durable et pour la remise des prix à l’issue du rallye, un site accueillera des stands animés par les partenaires du DDthlon®.

Bus-tram pour Sophia : la concertation commence

Antibois, Biotois, Valbonnais et Vallauriens sont appelés à se prononcer sur le projet du futur bus à haut niveau de service, qui ne roulera pas avant 2016.

C’est la phase 1 du projet, le véritable lancement de la procédure qui doit aboutir au déploiement des futurs bus-tram en 2016 pour relier Antibes et Sophia. Car la concertation, qui est ouverte depuis le 2 mai et jusqu’au 10 juin (lire par ailleurs), dans un cadre fixé par la loi, doit déployer un dispositif important pour recueillir l’avis du public avant de terminer les études. C’est sur la base de cette concertation, lors de laquelle les cadres de la communauté d’agglomération porteront la bonne parole sur le projet de la Casa pour la réalisation d’un transport en commun en site propre, que sera lancée l’enquête publique.

« On ne rentrera pas dans le niveau de détail du mètre linéaire ou des élargissements de voie », prévenait hier le patron de la communauté d’agglomération, Jean Leonetti, lors de la conférence de presse annonçant l’ouverture de cette phase concertation publique.

Capacité de 120 voyageurs

Il s’agira en fait d’abord de rappeler le tracé retenu, de redire pourquoi les autres hypothèses ont été écartées (les passages par l’avenue Rochat, les Hauts de Saint-Claude, etc.) Il s’agira, également, de défendre l’image d’un objet encore mal identifié : le bus-tramway qui, s’il est un peu des deux à la fois, n’est par conséquent ni l’un ni l’autre. En réalité, c’est un Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) : d’une capacité de 120 voyageurs, il roulera plus tôt le matin et plus tard le soir avec une fréquence améliorée (de l’ordre d’un passage toutes les 10 minutes).

Et pas seulement pour les actifs de Sophia Antipolis. « On peut optimiser l’utilisation du BHNS, se réjouissait pour sa part Marc Daunis, le sénateur-maire de Valbonne. Son tracé desservira autant la technopole aux heures de bureaux, que le secteur de Carrefour le samedi ».

Gaz, gasoil, électricité ?

Le double objectif répond aux mêmes contraintes que dans d’autres agglomérations en France. « Réduire la circulation et le gaz à effet de serre tout en allégeant le budget transports qui pèse pour beaucoup de ménages », résume le vice-président de la Casa chargé des transports, par ailleurs maire de La Colle-sur-Loup, Christian Berkesse. Ce qui ne signifie pas nécessairement que le bus-tram roulera propre. Le choix de son carburant n’a en effet pas encore été arrêté. Mais l’horizon relativement lointain du projet (2016) laisse entrevoir à Jean Leonetti « des possibilités. La technologie, électrique par exemple, ne sera pas du tout la même qu’aujourd’hui ».

Le tracé, lui, est défini. Tout comme l’emplacement de bon nombre des parkings-relais. À la Croix-Rouge, à Garbejaïre, à la salle de spectacle en cours de création avenue Jules-Grec, au Campus Stic qui doit ouvrir ses portes à la rentrée 2012, mais aussi au sein de la future ZAC des Clausonnes.

Où s’arrêtera le bus ? Les réponses recueillies lors de la concertation préalable devraient donner quelques indications aux décideurs. Notamment sur Sophia, dont la configuration et le mitage amèneront à des réflexions spécifiques. Marc Daunis imagine déjà des « parcs de vélos électriques, et des solutions qui seront étudiées au sein des entreprises ».

Début des travaux en 2013

Vélos électriques que l’on retrouvera sans doute aussi sur le futur pôle multimodal, du côté de la gare SNCF. La première pierre de ce projet, déjà largement exposé dans ces colonnes, pourrait être déposée d’ici la fin de l’année. En même temps que l’enquête publique.

Enquête qui ne devrait pas soulever de tollé, avancent sereinement les responsables de la Casa, une seule maison devant être expropriée à hauteur de Carrefour – le reste du tracé ne concernant que des terrains. Si rien ne vient bouleverser le calendrier prévu par l’agglomération, les travaux pourraient démarrer en 2013. Pour une mise en service fin 2016. Un budget de plus de 100 millions sera consacré à ce vaste chantier, soutenu par l’État (7 millions d’euros) et les conseils général et régional (10 millions chacun).

agiesbert@nicematin.fr
Aurélien Giesbert  Nice-Matin  
Lien