PPA contre dioxyde d’azote !

Petit rappel :

« Le dioxyde d’azote est un composé chimique de formule NO2. Il s’agit d’un gaz brun-rouge toxique suffocant à l’odeur âcre et piquante caractéristique. C’est un précurseur de la production industrielle de l’acide nitrique HNO3 et un polluant majeur de l’atmosphère terrestre produit par les moteurs à combustion interne et les centrales thermiques ; il est responsable à ce titre de la présence d’acide nitrique dans les pluies acides, où ce dernier se forme par hydratation du NO2. (3NO2 + H2O → 2 HNO3 + NO). » – (Source : Wikipédia)

Continuer la lecture de « PPA contre dioxyde d’azote ! »

L’A8 bouchonne quotidiennement

Cet article du Nice Matin de ce jour, n’a besoin d’aucun commentaire supplémentaire ; tout est hélas dit ! Un accablant constat au quotidien ! …

 

Publié le   

 Embouteillage de 27 km au concert de Muse juin 2013
C’est le soir du concert de Muse (26.06.2013) que la Côte d’Azur a vécu son embouteillage record avec près de 27 kilomètres de paralysie routière.Patrick Clementé

Plus un matin sans qu’entre Mandelieu et Monaco, les bouchons ne s’étirent sur des dizaines de kilomètres. Un mal endémique mais paradoxal: en dix ans, les immatriculations ont baissé de moitié.

Le bouchon d’or ? Ce pourrait être en 2013 le fameux soir du concert de Muse qui, cet été, virent l’A8, Nice et ses abords englués plusieurs heures durant, dans 27 km d’un embouteillage monstre. Ou y aura-t-il encore pire ? Qui sait, vendredi soir prochain, lors de la conjonction de la sortie des bureaux, du concert de Bruel au Nikaïa et du derby foot entre Nice et l’OM à l’Allianz Riviera ? Bloqués jour après jours dans des dizaines de kilomètres de bouchons, les Azuréens n’ont parfois plus que l’humour comme issue… de secours.

Moins de voitures, plus de bouchons

Paradoxe, pourtant, le nombre d’immatriculations de véhicules neufs n’a cessé de diminuer dans les A.-M. depuis dix ans : près de 69 000 en 2002 contre à peine plus de 37 000 l’année dernière. Moins de voitures, mais de plus en plus de bouchons, donc.

Comme un mal chronique dont on ne verrait jamais la fin. Et qui n’épargnerait aucun territoire urbain de la Côte. C’est cependant sur l’A8 – entre Fréjus et Menton – que les points noirs sont devenus quotidiens. Il n’est plus rare de faire 25 km entre Cannes et Nice en une heure, voire 1 h 10, le matin.

S’il fallait dresser un palmarès, c’est sans doute l’entrée de Nice, entre 7 et 9 heures qui décrocherait le pompon de la queue-leu-leu. Ici, 150 000 véhicules se croisent tous les jours. Et de 7 à 10 km d’embouteillages se forment tous les matins ou presque, bloquant la chaussée sud de l’A8 de la sortie Promenade à Nice jusqu’à Villeneuve-Loubet. « Si en plus, à cette heure-là, il y a un accident, même un tout petit accrochage, on peut s’engluer dans la nasse automobile juste après le passage du péage d’Antibes et y rester jusqu’à Nice », confirme Niels, 43 ans.

Difficile de quitter l’autoroute…

Chez Escota, Isabelle Escapin, la chargée, de communication, joue la transparence. L’inventaire de l’embouteillage chronique, elle le livre sans détour. Il débute à la sortie Cannes en venant de Fréjus, à 8 h en général par 3 à 4 km de trafic paralysé. Se poursuit à la sortie Antibes, entre 8 h et 9 h 15, par 2 km en venant de Cannes et jusqu’à 7 km lorsqu’on arrive de Nice. Dans les deux cas, les salariés de Sophia Antipolis en sont les victimes.

Voila pour l’essentiel, auquel il faut cependant ajouter les bouchons à géométrie variable sur l’A8 toujours, mais à la sortie Monaco : « C’est un fait. Mais, comme dans la plupart des cas, c’est la difficulté qu’ont les automobilistes à quitter l’autoroute qui en est la cause. Si, cinq à six fois par jour parfois, nous sommes contraints de fermer la sortie Monaco, c’est juste pour que tout le trafic de l’A8 ne soit pas paralysé à cause des bouchons qui se forment dans le tunnel A500. Et ça, ce n’est pas de notre fait ».

D’ici à dire que l’A8 serait victime de son environnement urbain, il n’y a qu’un pas. Sauf que ces six dernières années, « l’entonnoir automobile du pont de la Manda à Carros ou celui, quotidien, de la vallée du Paillon entre Contes et Nice ont été résorbés grâce aux investissements du conseil général », rappelle Bertrand Gasiglia, conseiller auprès d’Eric Ciotti.

Seule certitude, il y a un peu moins de dix ans, avant qu’on n’applique la limitation à 110 km/h sur l’A8, un test avait été réalisé entre Mandelieu et Menton : il fallait alors 2 h 19 pour rallier les deux villes par les routes secondaires, 1 h 20 en train, mais seulement 56 minutes grâce à l’autoroute ! Aujourd’hui, il faut parfois plus d’une heure pour faire 30 km sur l’A8 et sur les routes secondaires les temps de trajet sont parfois aléatoires.

Nice. Mieux vivre en ville : appel à la nouvelle intelligence

Voilà ce qu’il se passe du côté est des Alpes-Maritimes … Le rêve deviendrait-il réel ? … A suivre 😉 Laurence

Source : Nice Matin du 21 mars 2012

Mieux vivre en ville : appel à l’intelligence des Niçois

Publié le mercredi 21 mars 2012 à 07h20  – 2
Mieux vivre en ville: appel à l'intelligence  - 16372406.jpg
Les recommandations des experts d’IBM pour une ville plus « intelligente » grâce à l’arsenal numérique ont été remises à Christian Estrosi par Alain Bénichou, président d’IBM France.Richard Ray

 

D’ici cet été, un panel d’habitants de la métropole niçoise sera appelé à faire des propositions sur la meilleure manière de circuler et de vivre en ville grâce à l’arsenal numérique

Et si tout devenait plus facile ? Si l’on pouvait mieux circuler, mieux stationner. Sans polluer ou presque. Se déplacer sans perdre de temps et sans se ruiner. Un monde sans embouteillages ou presque…

Ce rêve un peu fou de tout citadin pourrait être demain une réalité bien concrète dans une capitale azuréenne devenue un modèle pour le reste de l’Hexagone. Mais oui, grâce aux nouvelles technologies de l’information, grâce à l’arsenal numérique qui révolutionne nos modes de vie, ce n’est plus de la science-fiction. Et ça existe déjà ailleurs, à Singapour. Par exemple.

« Les technologies sont là. Il ne faut que la volonté de les mettre en œuvre », a souligné avant-hier Alain Bénichou, le président d’IBM France.

Et c’est justement la volonté de Nice d’être précurseur en la matière qui a convaincu la grande firme mondiale d’apporter son concours à cette aventure. La métropole azuréenne est le seul territoire en France à avoir été choisi pour bénéficier de l’expertise d’IBM.

À la fin 2011, une équipe d’experts informaticiens a sillonné la ville. Des touristes d’un genre un peu particulier qui ont étudié les modes de transport des Niçois ainsi que le pôle multimodal de Saint-Augustin, futur centre névralgique de tous les déplacements.

De cette immersion urbaine, ils ont ramené dans leurs filets savants plusieurs « recommandations ». Celles-ci viennent d’être officiellement remises à Christian Estrosi.

« Nous mettrons en œuvre très rapidement les principales », affirme le président de la métropole niçoise. La ville « intelligente » ne doit pas attendre.

Première retombée concrète : avant le début de l’été, un panel de citoyens sera appelé à donner son avis sur les mesures à prendre ou à perfectionner. Comment seront-ils choisis ?

« Un institut spécialisé sélectionnera des habitants venant des 46 communes de la métropole. Ils devront être les plus représentatifs possible : des jeunes, des seniors, des urbains, des ruraux, des familles, des usagers des transports en commun, des associations, des syndicats, etc. »

Le covoiturage avec son smartphone

En somme, un appel à l’intelligence de tous pour rendre la ville plus « intelligente », plus vivable. Notamment en développant le covoiturage. Cette formule conviviale n’est-elle pas le bon sens même ?

« Nous mettrons bientôt en place une application sur smartphone et sur Internet pour mettre en relation ceux qui disposent de places dans leurs voitures et ceux qui cherchent un moyen de transport », annonce le député-maire.

Dans la foulée de ces recommandations, un « centre d’excellence dédié aux projets innovants » sera créé au cœur de l’Eco-Vallée. Il aura notamment pour mission de mieux coordonner les différentes opérations. À la dimension de la première métropole de France, une « nouvelle gouvernance » territoriale où, plus que jamais, tout se tient. Du bord de mer aux sommets enneigés, même combat « pour vivre mieux ensemble », avec une empreinte carbone réduite et moins de crises de nerfs pour les automobilistes aujourd’hui pris dans d’inextricables embouteillages.

Vinci autoroute et ASF promeuvent le covoiturage

Une info entendue l’été dernier lors d’un déplacement familial, sur le réseau Vinci, que j’ai peiné à retrouver sur leur site… Mais elle en vaut la peine ! Il serait bien de retrouver des parcs relais un peu plus déployés partout en France, sur TOUS les réseaux autoroutiers ! … Voir la vidéo au bas de l’article, qui en vaut aussi le détour ! Laurence

Source : le site de Vinci Autoroutes.com / Eco Autoroute

Encourager le covoiturage contribue à rendre l’autoroute plus conviviale, mais aussi plus sûre et plus respectueuse de l’environnement. VINCI Autoroutes s’implique aux côtés des collectivités territoriales en proposant son savoir-faire pour la création et la gestion d’infrastructures adaptées, et en proposant une plate-forme de mise en relation.

Carte de parkings de covoiturage Vinci Autoroutes, 01/2017

– Sur l’A10, sur le site de la gare de péage de Poitiers Nord, Cofiroute a mis en service en juin 2010 un parking de covoiturage. Les conducteurs pratiquant le covoiturage disposent d’un point de regroupement dédié et sécurisé, accessible à la fois par la voirie locale et par l’autoroute. Un autre parking de covoiturage est en service à la gare de péage de Blois.

 Sur l’A7, à Tain-l’Hermitage, Valence Nord, Loriol et Montélimar Sud, ASF a construit, en partenariat avec les conseils généraux de la Drôme et de l’Ardèche, quatre parkings dédiés au covoiturage totalisant 400 places sécurisées, avec éclairage et surveillance vidéo. Le site de Valence Nord est opérationnel depuis mai 2011, et les 3 autres sites ont ouvert début octobre 2011. Pour favoriser le covoiturage dans le cadre des trajets domicile-travail, le stationnement est gratuit pour une durée inférieure à 24h, avec un tarif progressif au-delà. L’accès et la facturation éventuelle s’effectuent via les badges de télépéage.

Une plate-forme de mise en relation

Outre la création de parkings dédiés, VINCI Autoroutes encourage le covoiturage via une plate-forme de mise en relation sur son site Internet : Accès au service.

Réduction des émissions de C02

Le covoiturage contribue aussi à la réduction des émissions de CO2. La vidéo en vaut le détour, sur le réseau ASF :

Réduction des émissions de C02 – Le covoiturage from VINCI Autoroutes on Vimeo.
Carte des parkings de covoiturage du réseau VINCI Autoroutes (un petit souci avec la carte, apparemment …)

Après Londres, voilà Milan qui instaure un péage urbain

Voilà de quoi pousser les citoyens à laisser leur auto au garage et de pousser à l’utilisation des transports en commun ! … Laurence

Vu sur le site de l’AVEM : « Milan inaugure son péage urbain »

Posté le 23/01/2012 à 18:00 par Michaël TORREGROSSA
Italie – Milan inaugure son péage urbain - Photo 1

Depuis la semaine dernière, la ville Italienne de Milan a inauguré son péage urbain. Un dispositif destiné à réduire le trafic et la pollution qui dépasse régulièrement le niveau autorisé.

Baptisé « Area C », ce péage urbain s’inspire de celui mis en place à Londres et remplace le précédent système (Ecopass) datant de 2008 qui ne touchait que les véhicules les plus polluants.

Le nouveau système impose ainsi à tous les automobilistes le paiement d’un ticket d’entrée de 5 euros pour pouvoir circuler dans le centre de la capitale économique italienne, du lundi au vendredi de 07H30 à 19H30. 

Les propriétaires de voitures électriques ou hybrides sont exonérés de cette taxe.

Diminution du trafic de 40 %

Grâce à ce nouveau dispositif, la mairie de Milan espère une diminution du trafic de 20 à 30% dans le centre, soit près de 30.000 voitures en moins afin de réduire la pollution et en particulier la concentration de particules fines PM 10 en suspension dans l’air, qui dépasse régulièrement le seuil autorisé.

Selon les premières données disponibles lundi matin, le trafic, qui a connu une augmentation de 10% avant l’entrée en vigueur du péage à 07H30, a ensuite chuté d’environ 40%. Les revenus tirés de ce péage seront investis dans le développement des transports en commun milanais.

« A un petit niveau, c’est notre protocole de Kyoto », s’est réjoui Giuliano Pisapia, le maire de Milan, dans le quotidien Corriere della Sera.

Source : ATS

Abaissement de l’indice de la qualité de l’air en France

Sur le site de l’association : AirParif

Le mercredi 04 janvier 2012

Depuis le 01 janvier 2012 la grille de l’indice français Atmo a été modifiée suite à l’abaissement des seuils d’information et d’alerte pour les particules PM10.

Suivant le principe retenu pour les autres polluants participant à l’indice (ozone, dioxyde d’azote et dioxyde de soufre), la nouvelle échelle pour les PM10 permet de faire correspondre :

– le seuil d’information (50 µg/m³) avec l’indice 8 (« mauvais ») ;
– le seuil d’alerte (80 µg/m³) avec l’indice 10 (« très mauvais »).

Indépendamment de ce changement, Airparif continue à diffuser tous les jours les prévisions de l’indice français Atmo ainsi que celles de l’indice européen CiteAir.

Pour plus de précisions, vous pouvez consulter :

Vence a testé l’auto-bleue !

La vague bleue monte vers l’arrière pays niçois ! … Laurence

Source : sur le site de Vence-Info.fr

Pour le prix d’une place de cinéma, déplacez-vous à 4 !

Photos JF

Nous avons rencontré Gérard Bilski, conseiller municipal, et conseiller Communautaire Nice Côte d’Azur, en charge du projet Auto Bleue pour la ville de Vence. 

C’est quoi Auto Bleue ?
Le principe est de mettre à disposition des conducteurs, des voitures 100% électriques et ce 24H/24 – 7 jours/7. Le projet a été lancé en Avril à Nice, il est porté par la Communauté Urbaine Nice Côte d’Azur dont le Président est Monsieur Christian Estrosi. Auto Bleue est un service public exploité par un délégataire, Venap, filiale des groupes Veolia Transdev et Edf.

Venap assure la logistique : la fourniture des véhicules, l’installation et la maintenance des stations de rechargement, la gestion du site Internet pour les réservations, …

Qui peut utiliser Auto Bleue ?
Tous les titulaires du permis de conduire valable en France et en cours de validité. Les jeunes conducteurs et les étrangers peuvent donc aussi utiliser Auto Bleue. 

Combien de véhicules à la disposition des usagers ? Sur la communauté urbaine Nice Côte d’Azur, il y a à ce jour 30 stations et 90 véhicules. Chaque station est équipée de 3 bornes pour la recharge et 2 autres pour les véhicules électriques de passage. A terme 210 véhicules et 70 stations sont programmés. 

Outre Nice, sont aujourd’hui équipées les communes de Cagnes, Carros, St Laurent du Var, la Trinité et Vence. A Vence les véhicules sont stationnés place du Maréchal Juin, où un espace leur est réservé. Il y a, 2 iOn, 1 partner (utilitaire) de marque Peugeot.

Rappel articles précédents, même sujet :

Autobleue : lancement du service d’auto-partage à Nice

Sam. 9/04 : Nice lance l’auto-partage tout électrique !
 

Pékin réfléchit à un péage urbain…

Pékin le 21 février 2011 © AFP/Archives Goh Chai Hin

02/09/2011 4:22 pm

PEKIN – (AFP) – Pékin, capitale saturée par les bouchons et la pollution, envisage de mettre en place un système de péage urbain pour inciter les habitants à utiliser des moyens de transport alternatifs à l’automobile.

Cette taxe imposée aux voitures sur certains grands axes s’inscrirait dans le 12e Plan quinquennal des autorités municipales, qui a pour objectif de favoriser les moyens de transport « verts », a indiqué l’agence Chine nouvelle.

Les édiles de Pékin n’ont pas fourni de détails sur le calendrier et les modalités de la mesure à l’étude, se bornant à insister sur la nécessité d’amener la population à davantage utiliser les transports en commun et à se doter de véhicules plus respectueux de l’environnement.

En 2010 dans la capitale chinoise, environ 2.000 nouveaux véhicules sont venus chaque jour s’ajouter au trafic déjà saturé.

Cette inflation intenable a conduit les autorités à limiter à 240.000 le nombre de nouvelles voitures à Pékin en 2011, soit un tiers du total de 2010, les immatriculations étant attribuées chaque mois par tirage au sort. Mais cela n’a fait que ralentir l’aggravation continue de la congestion automobile.

Selon une étude publiée l’an dernier par IBM, c’est à Pékin – l’une des villes les plus polluées de la planète – et Mexico que la circulation automobile est la plus problématique au monde.

En s’appuyant sur dix critères comme les temps de déplacement, la durée des embouteillages ou le stress des conducteurs, Pékin atteint l’indice 99 (sur 100) sur l’échelle de pénibilité des transports automobiles calculé par IBM.

Le système de péage urbain a déjà été adopté par d’autres villes dans le monde, comme Olso, Singapour ou Londres.

Dans cette dernière ville, la « taxe embouteillage » imposée à partir de 2003 aux véhicules entrant dans une zone de 20 km2 du centre avait été très décriée à ses débuts, avant d’être mieux acceptée et étendue à d’autres quartiers.

© AFP

Source : GoodPlanet.Info

Calculer son emprunte carbone pour un vol Nice-Dublin et aéroport de Dublin au Centre

Calculer son emprunte carbone pour un vol Nice-Dublin et aéroport de Dublin au Centre des Congrès (Dublin Convention Centre), aller-retour.


Facile avec le calculateur de l’emprunte carbone du site : Carbon calculator ; payable de suite et en ligne avec paypal !

Soit, un aller-retour Nice-Dublin en économie, transfert aéroport avec le bus local (Dublin Bus) = 300, 67 kg de CO² => coût de compensation : 2,22 € pour l’emprunte carbone.

Info en ligne : http://www.theccd.ie/carboncalculator

Réduire sa consommation de carburant de 20 %, c’est possible !

20/06/2011

Réduire sa consommation de carburant de plus de 20 %, c’est possible… grâce à l’éco-conduite ! « Auto Moto »  en fait la preuve dans son numéro daté de juillet/août. Le magazine a invité huit automobilistes à suivre une formation d’éco-conduite. Au programme : bilan de conduite sur piste et sur route lors de tours d’observation ; tests sur simulateur et enseignement théorique en salle ; puis mise en pratique sur piste et sur route. L’objectif de ce stage étant de permettre aux participants de mesurer leurs progrès en matière d’économie de carburant.

Isabelle, qui a obtenu le meilleur résultat de la session (-20,7 % exactement), pourrait ainsi économiser 513 euros sur 25 000 km annuels (avec un prix du litre à 1,30 €). Parmi les sept autres participants, trois ont abaissé leur consommation d’au moins 15 %, trois sont parvenus à un gain d’au moins 5 % et une seule – roulant habituellement avec une boite automatique – a obtenu une amélioration de seulement 2,5 %.

Et non seulement l’éco-conduite permet de réduire sa facture de carburant, mais c’est aussi une mesure efficace de sécurité routière ! Même si la réduction de la sinistralité est difficile à quantifier avec précision, on évoque couramment une fourchette possible de baisse des accidents de 10 à 15%.

Découvrez notre fiche conseil Eco-conduite : mode d’emploi

 Source Prévention Routière

 

 

 

Covoiturage : les trajets Domicile-Travail

Symptôme : Embouteillages, pollution et stress ; Traitement : Covoiturage.fr ; Posologie : Alternance de véhicule chaque semaine


Enregistrez votre trajet domicile-travail

Vous découvrirez dans quelques heures, jours ou semaines, qui fait le même trajet que vous, pour éventuellement mettre en place une alternance de véhicule régulière ou occasionnelle ?
YouTube

Moins d’embouteillages = Moins de stress

Selon l’ADEME, une réduction de seulement 4 % du nombre de voitures en circulation permettrait de passer d’une situation d’embouteillages à un trafic fluide.

embouteillagesSi les auto-solistes se regroupaient pour partager leur trajet domicile-travail, il n’y aurait donc plus d’embouteillage et moins de pollution (particule fine et CO2). Les quelques minutes prises pour aller chercher son covoitureur seraient compensées par une circulation devenue fluide.

Une étude de Regus montre que les embouteillages automobiles ou les transport en commun bondés sont la 1ère cause de stress du déplacement domicile-travail pour plus de 72 % des personnes interrogées. Voir les résultats complets de l’étude.

Vous êtes auto-soliste au quotidien ?

Pour optimiser les véhicules par similarité de trajet, Covoiturage.fr met en contact les conducteurs qui effectuent le même trajet quotidien afin qu’ils puissent alterner la prise de leur véhicule occasionnellement.

Économisez un plein par mois !

Afin de constituer des duos ou trios de covoiturage compatibles, il faut dans un premier temps que vous inscriviez votre trajet sur www.Covoiturage.fr en précisant votre itinéraire et votre emploi du temps fixe ou variable.
Puis, en alternant chaque semaine la prise de votre véhicule, vous réduirez le nombre de voiture en circulation ainsi que les émissions de CO² correspondantes et économiserez aisément un plein par mois.

Calculez le coût de votre trajet à l’année :

Calculez combien vous pourriez économiser en faisant du covoiturage (alternance de véhicule chaque semaine) plutôt que de prendre votre voiture seul chaque jour.
Calculette en ligne de l’Ademe
Sources : Blog covoiturage.fr

« Green Emotion », en route vers les objectifs « Transport 2050 »

Floriane Bernardot le 1er avril 2011 
La commission européenne a dévoilé, le lundi 28 mars 2011, sa stratégie « Transport 2050 », un plan ambitieux destiné à améliorer la mobilité des Européens tout en diminuant les émissions de CO2. Cette stratégie prévoit entre autres la suppression (à terme) des véhicules à carburant traditionnel dans les villes, l’intégration à hauteur de 40% de biocarburants dans l’aviation et la réduction de 40% des émissions dues au transport maritime.
Ces mesures ont été définies comme prioritaires dans le but de réduire de 60% les émissions de C02 liées au transport d’ici à 2050. Toutefois, les critiques se font déjà entendre, surtout en ce qui concerne les modalités d’application de ces objectifs ambitieux. « Nous n’allons pas interdire les voitures dans les centres-villes, comme nous n’aurons pas de bananes rectangulaires« , a déclaré le ministre des Transports britannique Norman Baker.
L’Union des Transports Publics et Ferroviaires (UTP) s’inquiète du financement de ces mesures, le fonds transport prévu n’ayant pas été retenu : « Nous n’avons pas les moyens de mettre en place une politique ambitieuse« , a déclaré Valérie Beaudouin, chargée des affaires européennes de l’UTP, via Euractiv. Certains se sont pourtant déjà attelés à la tâche.
Dans le cadre de cette feuille de route des transports, le projet Green eMotion s’est vu accordé par la Commission européenne une subvention de 24,2 millions d’euros. Green eMotion, dont l’objectif est de promouvoir « la mobilité électrique » au sein de l’Union européenne, est né de l’association de 42 partenaires issus des collectivités locales, des universités et instituts de recherche, de l’industrie, des fabricants automobiles, des compagnies électriques. Avec un budget total de 41,8 millions d’euros, le projet coordonne 12 initiatives menées dans huit États membres* de l’UE (dont 8 villes membres d’Energy Cities) et offre la possibilité de « comparer les différentes approches technologiques » et de « contribuer à identifier les meilleures solutions pour le marché européen », notamment grâce à la création d’une plateforme d’échanges.

*Villes participant au projet Green eMotion : Copenhague/Bornholm/Malmö (DK) ; Berlin, Karlsruhe/Stuttgart (AL) Strasbourg (FR) Dublin, Cork (IR) Madrid, Barcelone, Murcia, Malaga (ES) Pise, Rome (IT) Membres d’Energy Cities
La question de la mobilité urbaine durable est régulièrement soulevée par Energy Cities, qui participe par ailleurs à la coordination du site de la Semaine Europeenne de la Mobilité et au projet Ad Personam.
Sources : Energy Cities
Crédits Photos : Union Européenne, Green eMotion