22 mars, Journée mondiale de l’eau

L’eau est plus précieuse que l’or, nous nous en rendons compte de plus en plus ! Il est temps d’agir au quotidien. Les bonnes pratiques, tout le monde les connait, mais qu’en est il en pratique ? Nous, les terriens, ne devrions pas avoir à célébrer la journée mondiale de l’eau ! Nous aurions déjà dû nous rendre compte depuis très longtemps, de sa préciosité … Il est encore temps d’agir ! … Laurence

Voilà un petit historique sur cette journée particulière, pris sur le site de l’UNESCO :

« L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté le 22 décembre 1992 la résolution A/RES/47/193 qui déclara le 22 mars de chaque année « Journée mondiale de l’eau », à compter de l’année 1993, conformément aux recommandations de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED), exprimées dans le Chapitre 18 (Ressources en eau douce) d’Action 21.

Cette résolution invitait les États à consacrer ce jour selon le contexte national, en concrétisant des actions telles que la sensibilisation du public par des publications, des diffusions de documentaires, l’organisation de conférences, de tables rondes, de séminaires et d’expositions liés à la conservation et au développement des ressources en eau et à la mise en œuvre des recommandations d’Action 21. »

Cliquez sur le logo, pour accéder au site :

Vancouver : la ville où le vélo se déploie !

Une vidéo en VO (anglais) à écouter, car très intéressante : où le pouvoir public de Vancouver a bien pris conscience de l’intérêt de ce déploiement du vélo (construction de voies/ponts, dédiés aux vélos et piétons) … Laurence


D’ailleurs, Vancouver sera la ville d’accueil du prochain congrès mondial : Velo-City 2012  C’est une ville qui devient de plus en plus orientée vélo. A l’heure actuelle, il y a 400 km d’infrastructures cyclables, y compris les 330 km de voies cyclables dans les rues.

Depuis 2008, 67 km de voies cyclables ont été créées à Vancouver : soit, 36 km de pistes cyclables dans les rues ; 11 km de sentiers cyclables et des pistes cyclables séparées ont été créées ; 15 km de voies cyclables ‘peintes’ et 5 km de voies partagées ‘peintes’.

Il y a eu une croissance de 42% de l’usage du vélo au Canada, entre 1996 et 2006 ! Actuellement, Montréal compte 530 km de pistes cyclables et de voies partagées ; et a promis 10 millions de dollars (CAN), pour leur réseau de pistes cyclables en 2011-2012 ! Le plan proposé ajoutait 70 km de pistes cyclables à l’automne 2011. La ville de Montréal promet un réseau cyclable de 800 km en 2015 ; et a accueilli dès 2009, le système de vélo en libre-service : BIXI.

Niveau sécurité routière : En dépit des tensions à vélo (rapport auto/vélo) et grâce à la part modale accrue, le vélo est devenu beaucoup plus sûr :  de 1988 à 2008, le nombre total d’accidents mortels de cyclistes a baissé de 66% au Canada, avec une baisse de 40% des blessures graves ! Le Canada a 2,39 décès pour 100 millions de km parcourus à vélo, à peu près le même taux que la France (2,04) et l’Allemagne (2,43), et bien meilleur que le taux américain (5,74), mais bien loin du Danemark (1,03)… Ce qui prouve que plus il y a de cyclistes sur les routes, moins il y a d’accidents. Le Danemark étant un des pays où le vélo est le plus utilisé pour se déplacer.

 

Medellin : primée ville de transports durables

En anglais … sur le site Institute for Transportation and Development Policy En tous les cas, bravo pour ces nouvelles infrastructures ! 😉 … Laurence

 

Sustainable Transport Award cities: Medellín – Posted on January 18, 2012

From integrated transit systems to innovative parking solutions – all of the 2012 Sustainable Transport Award-nominated cities are exemplars in implementing integrated transport solutions. Over the next week, we will cover profiles of the nominated cities – Medellín, San Francisco, Cape Town, and Buenos Aires – culminating in the presentation of the Sustainable Transport Award on January 24 at Transportation Research Board conference in Washington D.C.

MetroPlus

Medellín, Colombia is a 2012 nominee for its efforts to improve public transport, create better public spaces, and improve road safety in the city. These efforts include the development of a bus rapid system, MetroPlús, which is fully integrated with their mass transit system – currently made up of an underground metro and cable car systems. It is the only city in its region to feature full bus rapid transit and metro integration. This year the city has extended its mobility options to include a bicycle share program, EnCicla, which provides 145 bicycles for public use.

Medellín has also begun to recuperate its public spaces through pedestrian connection improvements, urban promenades, and the creation of environmental parks. The city has built 1.6 million square meters of new public space, including 25 new parks and 11 new promenades. This has brought direct benefits to 800,000 people, in the form of increased and safer access to public transport. The Intelligent Mobility System (SIMM), aimed at improving mobility and road safety for all users, has reduced response time to road side accidents from 40 minutes (2008) to 18 minutes (2011). Medellín has also implemented vehicle emissions controls to reduce the sulfur content of diesel fuels and improve air quality.

 

Pékin réfléchit à un péage urbain…

Pékin le 21 février 2011 © AFP/Archives Goh Chai Hin

02/09/2011 4:22 pm

PEKIN – (AFP) – Pékin, capitale saturée par les bouchons et la pollution, envisage de mettre en place un système de péage urbain pour inciter les habitants à utiliser des moyens de transport alternatifs à l’automobile.

Cette taxe imposée aux voitures sur certains grands axes s’inscrirait dans le 12e Plan quinquennal des autorités municipales, qui a pour objectif de favoriser les moyens de transport « verts », a indiqué l’agence Chine nouvelle.

Les édiles de Pékin n’ont pas fourni de détails sur le calendrier et les modalités de la mesure à l’étude, se bornant à insister sur la nécessité d’amener la population à davantage utiliser les transports en commun et à se doter de véhicules plus respectueux de l’environnement.

En 2010 dans la capitale chinoise, environ 2.000 nouveaux véhicules sont venus chaque jour s’ajouter au trafic déjà saturé.

Cette inflation intenable a conduit les autorités à limiter à 240.000 le nombre de nouvelles voitures à Pékin en 2011, soit un tiers du total de 2010, les immatriculations étant attribuées chaque mois par tirage au sort. Mais cela n’a fait que ralentir l’aggravation continue de la congestion automobile.

Selon une étude publiée l’an dernier par IBM, c’est à Pékin – l’une des villes les plus polluées de la planète – et Mexico que la circulation automobile est la plus problématique au monde.

En s’appuyant sur dix critères comme les temps de déplacement, la durée des embouteillages ou le stress des conducteurs, Pékin atteint l’indice 99 (sur 100) sur l’échelle de pénibilité des transports automobiles calculé par IBM.

Le système de péage urbain a déjà été adopté par d’autres villes dans le monde, comme Olso, Singapour ou Londres.

Dans cette dernière ville, la « taxe embouteillage » imposée à partir de 2003 aux véhicules entrant dans une zone de 20 km2 du centre avait été très décriée à ses débuts, avant d’être mieux acceptée et étendue à d’autres quartiers.

© AFP

Source : GoodPlanet.Info

Panorama des bonnes pratiques en matière de mobilité durable dans le monde

Cette carte participative présente un panorama des bonnes pratiques en matière de mobilité durable dans le monde.

Vous pouvez rechercher une initiative déjà référencée par nos internautes : sélectionnez un moyen de transport dans la zone de gauche, les initiatives concernées s’affichent dans la zone de droite.

Vous pouvez référencer à votre tour une initiative en particulier, en remplissant le formulaire ‘Signaler une initiative’.

Cliquez sur le lien pour voir la carte
Source : « Mobilité Durable »