Les NTIC au service des citoyens !

15/07/2011 – Des déplacements ferroviaires à petit prix

Certaines régions expérimentent les tarifs réduits sur les voyages en train.

Le buzz de la semaine

Metro France annonce qu’à Lille, les élus promeuvent et facilitent l’intermodalité. En effet, au début du mois d’août 2011, les abonnés Rythmo de Transpole pourront emprunter des correspondances vers les gares TER, ainsi que le bus, le tram et le métro. L’abonnement, qui ne coûtera que 48€, pourra même être complété avec le pass régional Fideli’TER afin de pouvoir voyager en dehors de la métropole.

Il s’agit là d’une première étape vers la création d’un billet unique, prévu pour 2012 : l’objectif est de faciliter l’accès à tous les modes de transports (métro, bus, tram, auto-partage ou encore les vélos en libre service).

 

En Languedoc-Roussillon, c’est un pari audacieux qui a été relevé : faire le trajet en TER entre Nîmes et le Grau du Roi pour seulement … 1 euro (contre 7,5 euros actuellement) ! Il s’agit d’une proposition de Georges Frêche, ancien président de la région Languedoc-Roussillon, qui a été mis en application par son successeur Christian Bourquin.

L’objectif de ce projet est de multiplier par 5 le trafic du TER, soit 100 000 voyageurs par jourMobilicités mentionne que 5 nouvelles lignes bénéficieront de ce nouveau tarif, avant de le généraliser à travers tout le réseau ferroviaire régional avant 2013.

Voyagez pratique avec votre téléphone

Depuis le 8 juillet 2011, les Aéroports de Paris ont lancé une application pour Android, intitulée « My Way Aéroports de Paris » : l’outil permet de se localiser et d’indiquer avec précision à quel terminal le voyageur doit se rendre pour pouvoir embarquer.

En plus d’être disponible en français et en anglais, The Independent indique qu’il est possible d’obtenir un aperçu de différents services proposés aux alentours de l’aéroport  de Roissy  (boutiques, bars, restaurants, …) et de les sauvegarder en favoris pour les prochaines visites.

Pour le moment, un bémol cependant : le service couvre uniquement les terminaux 2E et 2F, la gare TGV et le secteur des parkings 2E et 2F.

 

De son côté, Google fait évoluer ses cartes sur Android grâce à « Transit Navigation », un outil conçu pour  les voyages en transports en commun autour du monde entier. Comme indiqué sur le blog de l’entreprise , cette nouvelle fonctionnalité se veut un GPS incluant de nouvelles indications en temps réel pour les piétons et les utilisateurs de transports publics : après lui avoir indiqué sa position et sa destination,  l’application vous informe en temps réel sur le trajet (arrêts prévus, distances à parcourir)  et vous signale par des vibrations qu’il faut descendre à l’arrêt suivant.

 

Les services autoroutiers APRR, AREA et VINCI ont lancé l’application « SOS Autoroutes » : en cas de problème, plus besoin de se déplacer jusqu’à la borne d’appel orange pour alerter les secours. Autobuzz explique que le déplacement des piétons est souvent dangereux dans ces zones à fort trafic. Pour éviter de les mettre davantage en danger, à l’aide d’une puce GPS intégrée dans les téléphones, l’application est capable de géolocaliser l’individu en difficulté et de lui envoyer les secours.

 

En collaboration avec la radio Pure FM, l’Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR) a lancé une application gratuite sur FacebookiPhone et Android pour faciliter le covoiturage entre jeunes, qui veulent se rendre à une soirée, un festival, un concert, etc. Son utilisation est simple : on y indique soit sa destination, soit le nombre de places disponibles dans sa voiture.

Selon le site d’informations 7 sur 7, 117 conducteurs âgés de 18 à 24 ans ont perdu la vie en Belgique en 2009, soit plus de deux tués par semaine : par l’intermédiaire de cette application, l’IBSR espère sensibiliser les jeunes à la sécurité routière et faire diminuer ainsi le nombre d’accidents le week-end.

 

Le succès de l’autopartage continue à se propager en France

L’accord entre Renault et le spécialiste de l’autopartage entre professionnels Carbox a donné naissance à Car+ Autopartage, un service de gestion des flottes automobiles à destination des entreprises. Le Conseil général de l’Isère est le premier candidat à s’être déclaré volontaire pour expérimenter le projet sur la région urbaine de Grenoble  (GUR) pour une période de trois ans.

Avec un prix fixé à 550 euros par mois pour une Clio, Auto Actu rapporte que la mise en place de tels services au sein des entreprises est avantageuse pour ces dernières, car elle sera amortie par la location des voitures par les salariés le soir et le week-end.

 

Actu environnement note également qu’une autre expérience d’autopartage destinée aux entreprises va être mise en place à Marne-la-Vallée. Il s’agit d’un projet initié par les établissements publics d’aménagement, Epamarne et Epafrance, et MOPeasy, un opérateur spécialisé en mobilité durable.

Les premiers bénéficiaires seront les salariés du site de Noisiel. Avant de pouvoir emprunter  une voiture électrique Peugeot ION, les salariés doivent  effectuer les réservations sur le site MOPeasy.  Un panneau de bord personnalisé permet de se tenir informé des gains d’émission de CO2 réalisés.


Pour ceux ou celles qui préfèrent l’aventure et le plaisir  de rouler à deux roues, VINCI Park et Wattmobile, un opérateur spécialisé sur l’intermodalité, proposent Scoot’Partage à Marseille. Ce dispositif de scooters électriques en  libre service propose un site internet pour localiser en temps réel les scooters disponibles ainsi que leur niveau de charge. Le forfait découverte de 2 heures coûte 12 euros. Moto-net précise ce service a obtenu le prix « Parko d’or de l’intermodalité 2011 ».

Source : Mobilité Durable