La Haute Gironde va expérimenter le covoiturage dynamique couplé aux transports collectifs

Voilà une région qui a tout compris : le multi-modal est la solution en éco-mobilité ! C’est à dire plusieurs modes de transport, cumulés ou aléatoires, selon les possibilités de chacun, selon les humeurs du moment… Laurence

Source : Innov’In the City, par Elsa Sidawy | 18.10.11

une_hirondo_111018

Le territoire de la Haute-Gironde va expérimenter d’ici la fin novembre 2011, un nouveau service de covoiturage temps réel afin de répondre aux objectifs de son Plan Climat et favoriser l’intermodalité. Une tâche difficile pour un territoire majoritairement rural morcelé en 65 communes, où 90 % des trajets de moins de 5 km se font en voiture et où les transports collectifs sont peu sollicités par les usagers.

Favoriser les trajets pendulaires et transversaux
Ce constat a incité le Conseil régional d’Aquitaine et le Syndicat mixte du Pays de la Haute Gironde à prendre des mesures pour réduire l’empreinte carbone des déplacements de leurs administrés. Depuis l’an dernier, la start-up Senda, motrice du projet s’est associée à quatre autres entreprises, autour d’un consortium visant à déployer un service de covoiturage dynamique à destination des quelques 82 000 habitants de ce territoire aux portes de l’agglomération bordelaise.

Nom de code ? Hirondo, « en référence à l’hirondelle, grand voyageur », note Virginie Robin, en charge de l’Agenda 21 et du Plan Climat au Syndicat mixte. L’objectif de cette organisation est de permettre de fluidifier la pratique du covoiturage, non seulement sur les trajets pendulaires « domicile-travail », qui représentent la majeure partie des déplacements, mais « nous avons pour exigence que cela puisse favoriser les déplacements internes et transversaux sur notre territoire, donc des trajets plus courts ».

corps_hirondo_111018

Un outil basé sur l’utilisation de téléphones classiques
Le Syndicat mixte, par ailleurs très impliqué dans le développement des TIC, a souhaité proposer un outil simple et accessible à tous. Oubliée l’application smartphone hyper perfectionnée et réservée à une marge restreinte de la population. La technologie développée consistera en un service de mobilité « accessible sur tous les types de téléphones », par le biais d’une interface vocale interactive et l’envoi de SMS. L’usager devra dans un premier temps s’inscrire sur la plateforme en ligne d’Hirondo avant de pouvoir interagir avec les autres utilisateurs.

D’un côté les conducteurs devront entrer sur la plateforme les trajets pour lesquels ils acceptent de prendre des personnes en covoiturage.

De l’autre, les passagers souhaitant profiter du service enverront un SMS ou contacteront le service vocal afin prendre connaissance des offres à proximité. La seule contrainte : se rendre sur des sites préalablement identifiés, comme des parkings publics ou des arrêts de bus pour faciliter la prise en charge.

Pour les usagers dont l’inquiétude est souvent de trouver un conducteur pour le trajet du retour mais aussi afin d’inciter le report modal sur les transports en commun, Hirondo intègrera également l’accès aux informations sur les horaires des bus et trains régionaux.

300 utilisateurs pour une période test de 3 mois
Prochaine étape ? « Mobiliser un panel d’utilisateurs sur le territoire, dans l’idéal 300 personnes », en lançant une vaste campagne de communication et des réunions d’informations locales pour présenter le dispositif. Le projet pilote devrait être ensuite lancé fin novembre 2011, pour une durée de deux à trois mois. Si le service sera dans un premier temps gratuit, Senda a toutefois imaginé dans le cadre d’un futur déploiement, un système de paiement sécurisé en ligne. Ces « crédits hirondelles » permettront de calculer un tarif forfaitaire en fonction du nombre de kilomètres effectués.  « En amont du trajet, les crédits mobilités seront débités du compte du passager et crédités sur le compte du conducteur ».

La plus grande incertitude du projet ? « on risque d’avoir plus de conducteurs que de passagers : des personnes qui acceptent le principe du covoiturage mais qui veulent garder la main mise sur leur volant », estime Virginie Robin. Les premiers usagers qui accepteront de quitter la route des yeux fin novembre, pourront en profiter pour observer la migration des hirondelles dans le ciel Aquitain.

Les cinq entreprises engagées dans le cadre du contrat de consortium pour le projet Hirondo :

  • Senda : maître d’ouvrage du projet et fournisseur de la technologie Hirondo
  • Ecolutis : accompagne les collectivités dans la mise en œuvre du covoiturage
  • Websiteburo : développe la plateforme Internet de l’outil Hirondo
  • Ersya (Ergonomie des Systèmes Avancés) : travaille sur l’acceptabilité de ce service innovant
  • Agence de communication Conversationnel : social media principalement

Financement
Budget total : 199 000 euros

  • 60 % de l’opération pilote est financée par le Conseil régional d’Aquitaine (subvention de 119 000 euros au membres du consortium)
  • les 40 % restants sont financés sur les fonds propres des entreprises du consortium

Crédits photos : Photo « So », Sud Ouest (Une) / Syndicat mixte du Pays de la Haute Gironde

Pour en savoir plus sur l’innovation présentée dans cet article, contactez-nous à l’adressecontact@innovcity.com