Le vélo sur ordonnance

Vous noterez que je place pas mal d’infos sur le vélo, mais c’est parce que c’est la belle saison, qu’il faut en profiter pour dépoussiérer vos 2 roues non motorisés, et d’autres articles attendent derrière ! Et surtout parce que vous le valez bien : le vélo c’est bon pour la santé ; ce n’est pas que moi qui le dis ! 😉 … Laurence

Source : Carfree.fr du 3 avr-2012

« Une heure de vélo, trois fois par semaine. Durée du traitement: 1 mois. A renouveler ». Voici les ordonnances atypiques que pourront bientôt rédiger les médecins strasbourgeois. Une proposition du maire de Strasbourg, Roland Ries, d’offrir un abonnement au vélo en libre-service de la ville sur prescription médicale pourrait révolutionner l’exercice de la médecine.

L’idée est de faire prescrire par une cinquantaine de médecins de la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS) une activité physique, comme le vélo, à cent patients présentant des pathologies comme le diabète, l’hypertension artérielle, l’obésité ou souffrant de problèmes cardio-vasculaires.

Et si les patients n’ont pas de vélo ? Pas d’excuse! Les patients pourront emprunter gratuitement, pendant la période prescrite, les vélos municipaux, les Vel’hop (vélos en libre service). Le gestionnaire du Vel’hop prendra en charge l’abonnement mensuel, qui s’élève à 15 euros, des personnes qui lui présenteront une ordonnance.

« Il y a un médicament qui ne coûte pas cher, c’est l’activité physique, qui intervient en complément ou en remplacement d’un traitement thérapeutique », a dit à l’AFP M. Ries, rappelant que la proposition datait de début 2011.

Le Vélo remboursé par la Sécu ?

Un projet qui enthousiasme le Dr Alexandre Feltz, à la fois médecin généraliste et conseiller municipal en charge de la santé: « l’activité physique est un médicament fantastique qui devrait être remboursé. » a-t-il déclaré. Et son souhait pourrait être entendu : l’Agence Régionale de la Santé (ARS), l’Assurance Maladie et la municipalité envisagent une prise en charge par la sécurité sociale du vélo et des dépenses d’activités physiques. Avec un argument en béton : ces dépenses pourraient en éviter d’autres, bien plus onéreuses…

Source: AFP