Déploiement de l’appli de covoiturage dynamique : WEVER

WEVER, du néerlandais « tisserand » : celui qui tisse des liens ! Wever se veut le réseau social du covoiturage ! Telle est l’origine du nom de cette start-up azuréenne créée durant l’été 2015 ! 

Depuis, que d’évolution parcourue ! A l’aube de 2017, signatures de partenariats avec les sept Clubs d’entreprises des Alpes-Maritimes, dont celui de Sophia Antipolis ! Sophia qui d’ailleurs a relancé son « PDIE » (Plan de Déplacements Inter Entreprises), via le Sophia Club Entreprises : Newsletter n°1 Actu mobilité Sophia, 01.2016 ; et qui a créé entre autres, le 1er Challenge de la Mobilité en partenariat avec l’Ademe, le 20 sept. 2016

Pour Wever, « Chaque trajet compte » !

Qui mieux qu’un partenaire phare pour détailler le déploiement des services de cette start-up ? Avec Directeur Général Paul Maarek de Vinci Autoroutes, le 16/11/2016 :

 

Continuer la lecture de « Déploiement de l’appli de covoiturage dynamique : WEVER »

Wayz-Up, pour le covoiturage dynamique en entreprise

Et dans la part modale du covoiturage, je vous présente : Wayz-Up !

Wayz-Up élue meilleure solution de covoiturage par la région Ile-de-France et le STIF (Tous les transports en Île-de-France)

Lors des Assises de la Mobilité organisées par la région Île-de-France et le STIF, qui réunissaient plus de 300 acteurs de la mobilité en Île-de-France, Wayz-Up s’est vu remettre par Jean-Paul Huchon (Président du Conseil Régional d’Île-de-France), le Trophée de la Mobilité 2014 dans la catégorie : « Nouveaux usages et nouveaux véhicules« . Cette catégorie recensaient notamment les nouvelles initiatives en faveur du covoiturage domicile-travail dans la région Île-de-France.

Quelques infos :
Mise en place dans quatre entreprises en Île de France, un outil qui a déjà touché 7% de la globalité des salariés. 3 inscrits sur 4 trouvent un covoitureur ! Via une application mobile et un site internet. Pour covoiturer même en horaires variables : alertes sur les départs possibles, optimisation des trajets et des points de rendez-vous, gestion du partage des frais. Wayz-Up adpaté aux salariés et au bassin d’emploi
Offre entreprise avec animation et conseil !
Le site : www.wayz-up.com

Bilan 2013

Quel est le bilan 2013 ? Qu’a-t-on mis en place ? Où va-t-on ? …

La mobilité s-est elle reposée sur ses lauriers_image source Android Fr

 Voilà quelques grandes lignes de cette année 2013 :

Les points à améliorer :

  • On attend toujours en France, une indemnité kilométrique pour l’usage du vélo comme mode de transport domicile-travail (comme en Belgique, par exemple)
  • Cela bouchonne toujours sur nos routes maralpines, ainsi que sur l’hexagone ! Les embouteillages coûtent 677 euros à chaque foyer français, en 2013
  • Quid des avancées de la LGV Paca devenue la « Nouvelle Ligne » …

Les avancées :

  • On a vu une augmentation de ventes et d’utilisation des vélos, en France comme en Europe
  • Dans chaque coin de France, des évènements pour mobiliser les citoyens autour du vélo
  • Développement des infrastructures cyclables (pistes, voies vertes…)
  • Les véhicules électriques en progression
  • Travailler autrement, via des espaces de co-working
  • L’auto-partage de véhicules personnels entre particuliers
  • Grand pas en avant du co-voiturage en France
  • Déploiement du téléphérique urbain
  • Les femmes engagées dans la mobilité durable

Une nouvelle année pour de nouvelles résolutions ? Nous verrons bien ! A suivre …

SEM 2013 dans les Alpes-Maritimes

Par « SEM », comprenez la Semaine Européenne de la Mobilité (voir article précédent).

  • En Provence Alpes Côte d’Azur : 5 € la journée sur tout le réseau TER PACA
  • PASS journalier à 5 € pour les Lignes Express Régionales.
    Ce pass permettra de voyager de manière illimitée sur l’ensemble du réseau LER PACA durant toute la journée.
    Les Pass 5€ LER sont vendus dans les gares routières de Marseille, Aix-en-Provence, Manosque et Digne les Bains et à bord des cars.
  • Chez nos voisins monégasques :

– Le réseau de la CAM (Compagnie des Autobus de Monaco) prévoit la gratuité de ses autobus lors de la journée du Transport Public.

– Et encore à Monaco, via la site de l’IMEDD (Institut Méditerranéen d’Etudes du Développement Durable) : Communiqué de la Direction de l’Environnement.

 

  • Revenons dans les Alpes-Maritimes, le 18 sept-2013, auprès des réseaux suivants :

– Gratuité des transports publics des réseaux :  Sillages (autour de Grasse) ; Envibus (Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis)

– 1,50 € la journée, sur le réseau Bus Azur (Cannes, Le Cannet, Mandelieu La Napoule). A noter : depuis septembre 2013, Bus Azur change de nom et devient Palm Bus.

 

  • Tout au long de l’année, pensez également aux sites de covoiturage du département :

Otto et Co (pour le territoire de la CASA) ; Equipage 06 (pour tout le département) – Rappel, les bases de données des 2 sites ont été fusionnées fin 2010, afin d’offrir plus de choix aux conducteurs et passagers

A ce sujet, petit à petit dans le département, apparaissent des parking pour les covoitureurs. Par exemple, à :

Villeneuve Loubet ; Vence :Covoiturage Vence

 

  •  Les projets du département au niveau de la mobilité :

Afin de mieux circuler dans le département, des commues mettent en place des Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) ou Transport en Commun en Site Propre (TCSP). Exemples :

Le BHNS du réseau Sitp (Le Cannet, Cannes, Mandelieu la Napoule)

– Le TCSP avec le Bus-Tram reliant Antibes à Sophia Antipolis

La ville de Grasse prévoit son funiculaire

 

  • Villes inscrites à l’évènement européen, avec quelques unes de leurs actions :  

Le Cannet, Cannes, Mandelieu la Napoule  :

Ponctuellement :

– Une journée (18/09) avec un pass « billet à 1,50 € »
– Stands d’information
– Une journée sans voiture à Mandelieu-la Napoule (probablement dimanche 22 septembre)
– Lancement d’un site Internet de co-voiturage et d’auto-partage

En permanence :

– Aménagement d’une ligne Bus à Haut Niveau de Service avec voie en site propre (voir ci-dessus)
– Aménagement de nouvelles voies cyclables
– Aménagement de nouvelles zones de stationnement vélos
– Aménagement de nouveaux trottoirs

> Mandelieu La Napoule : Agenda de la semaine européenne de la mobilité

– Mercredi 18 septembre : Journée du transport public : information sur le bus à haut niveau de service (marché centre-ville) – Info vélo écoles : actions de sensibilisation envers le jeune public

– Jeudi 19 septembre : Journée du covoiturage : services de covoiturage et d’auto-partage en ligne
– Samedi 21 septembre : Journée de la mobilité : animations autour de la mobilité et des modes de déplacements doux (esplanade centre-ville)

 

  • Enfin, une très bonne initiative a été mise en place dès le 2 septembre 2013 : la création d’une ligne express entre Valbonne et la ZI de Carros.

Ligne  270 Express Valbonne-Carros

« La création de cette ligne publique s’inscrit dans le cadre du PDIE (le Plan de Déplacements Inter Entreprises de la ZI Carros – Le Broc), elle a été rendue possible grâce à la participation de nombreux acteurs tels que le Club des Entreprises de Carros – Le Broc (CAIPDV), la CCI NCA, les industriels de la ZI et via le co-financement du Conseil Général des Alpes Maritimes et de la Métropole Nice Côte d’Azur. »

Tous les détails ci-après : Communication Ligne Express 270 Valbonne – ZI Carros

 

Rappel du « site Internet qui connecte tous les transports en commun des Alpes-Maritimes », ainsi que les flottes de vélos en libre-service, les sites de covoiturage et d’auto-partage (clic sur logo) :Ceparou06

Les « singes verts » s’occupent de tout !

Je rebondis sur un article précédemment écrit le 15 mai 2012 : « Green Monkey », le covoiturage dynamique à Marseille« , pour vous donner des avancées de cette démarche dans la ville de Marseille ; via cet article des Actus de Marseille :

Les 11 500 agents de la mairie de Marseille incités à covoiturer

Traffic Marseille 2012

Agir à titre individuel, quand elle ne peut le faire à plus grande échelle. C’est ainsi que Bernard Susini, adjoint au maire délégué au développement durable, résume le service de co-voiturage proposé par la Ville à ses quelques 11500 agents. La Mairie de Marseille n’a en effet pas de compétence en matière de transports en commun, même si les élus de la majorité Gaudin pèsent largement dans les orientations de la communauté urbaine… Une action qui s’inscrit, souligne la Mairie, dans la mise en œuvre de son plan climat adopté en 2008. Un document qu’elle devra au passage mettre en conformité avec les standards de la loi Grenelle II d’ici la fin de l’année…

4 200 euros d’économies par an

Les avantages sont évidents. Économiques d’abord avec, selon les études menées par l’entreprise Green Monkeys, qui propose le service, 3 190€ en moins sur la facture annuelle d’un salarié pour un trajet domicile/travail de 25 kilomètres (sans compter que nombre de foyers pourraient se passer du coût important d’un second véhicule) et 1 000€ en moyenne pour les entreprises (qui épargnent des places de parking)…

Environnementaux ensuite. L’atmosphère se voit allégé de 1 500 kilos de CO2 par salarié adepte du covoiturage. « Dans les Bouches-du-Rhône, par exemple, environ 800 000 personnes prennent leur voiture tous les jours, ce qui représente pas moins d’un million de tonnes de CO2 chaque année » explique Sébastien Touchais, directeur général de Green Monkeys. Idem pour la pollution atmosphérique et ses conséquences sur la santé, les problèmes de circulation et le bruit associé.

C’est après avoir été approchée par Green Monkeys que la mairie a embrayé sur ce volet transports des salariés. Cette start-up créée en avril 2011 et basée à Aix-en-Provence se lance aujourd’hui plus spécifiquement en Suisse et en Paca dans un secteur encore peu développé : le covoiturage professionnel. L’idée, d’une simplicité évidente, est la même que celle du covoiturage traditionnel : mettre à profit les « sièges libres », autrement dit profiter des moyens qui existent déjà plutôt que d’avoir à en créer de nouveaux. Mais si le concept tend à se développer aujourd’hui sur les longues distances, il peine à s’imposer pour les courtes distances du quotidien, beaucoup plus contraignantes en terme d’horaires et d’adaptabilité.

Accompagnement personnalisé

En cause : « un manque d’alternative satisfaisante », insiste Sébastien Touchais, qui s’appuie pour y remédier sur un accompagnement dynamique. Ici, contrairement à la plupart des autres sites de covoiturage, le salarié n’a pas à chercher lui-même parmi les annonces des autres covoitureurs.  Les « singes verts » s’occupent de tout :  chaque déplacement est géré de manière individuelle, et les différentes offres qui pourraient intéresser l’usager lui sont directement proposées.

Une place toute particulière est également réservée à l’interactivité« application pour smartphone, call center, SMS, email… Un suivi au quotidien très actif » précise le directeur général. Le but est d’assurer la sécurité et la fiabilité du service, quitte à garantir un taxi en cas de désistement de dernière minute. Enfin, la sécurité est de mise : « chat » privé, paiement sécurisé (21 centimes d’euro par kilomètre pour le covoituré, sur lesquels l’entreprise récupère 3 centimes d’euros) ou encore options de déplacement (femmes, fumeur, déplacement uniquement avec un membre de l’entreprise, etc).

A la recherche de moteurs

Car si Green Monkeys offre une prestation de service personnalisée aux agents de la Ville (page spéciale qui leur est dédiée, travail de terrain, numéro d’aide réservé, etc.), le site reste bien ouvert à tout le monde. Pour l’entreprise, le covoiturage est en effet encore loin de s’être démocratisé. Il faut donc informer, rassurer et inciter, notamment par le biais de l’employeur.« Nous voulons être présent pour tout le monde, mais l’idée est d’abord de fabriquer des îlots-moteurs qui pourront à terme créer un effet d’entraînement » explique Sébastien Touchais. D’autres partenariats sont d’ailleurs en cours, avec Pôle Emploi notamment.

Et avec, selon Bernard Susini, 30% des emplois publics situés dans des lieux concentrés de la ville, l’élu espère bien que le projet se développera. Bien que d’un côté comme de l’autre, les objectifs restent raisonnables : entre 5 à 15% des salariés. « Ce serait déjà bien », estime l’adjoint au maire, pour qui « on ne peut pas changer si facilement les habitudes culturelles des gens ».

Un lien Le blog de Green Monkeys, qui propose des articles autour du covoiturage et du développement durable

 

Covoiturage.fr devient BlaBlaCar !!

Et voilà, au pied du mur, comment les français (entre autres) essaient de se sortir de la crise pétrolière ! Une augmentation de l’usage du covoiturage, à en croire l’un des sites phare en France, créé en 2004 : « Covoiturage.fr« . Une évolution avec de nombreuses extensions en Europe : Royaume Uni, Espagne, Portugal, Italie, Pologne, Pays-Bas, avec 2 400 156 membres européens, dont 400 000 covoitureurs ! Et en détail avec cette Infographie européenne.

Blablacar logo

Il fallait trouver un nom commun à cette envergure devenue européenne, compréhensive par toutes les cultures … Après de nombreux brainstorming à échelle européenne et environ 250 propositions, « BlaBlaCar » fut choisi à l’unanimité. Pourquoi ? A votre avis ?… Un lieu où des personnes partagent un même habitacle proche ; que font-elles ? Et bien oui, elles parlent ! Et ce lieu étriqué, où ces personnes étaient peut-être un peu dubitatives au départ ; elles s’en s’ont appropriées l’utilisation et l’ont adoptées ! Essayer c’est l’adopter 🙂

Voilà un changement positif à développer via la convivialité ! « BlaBlaCar« , le lieu où l’on parle, échange, s’informe, communique, élargi son réseau … tellement des concepts habituels au monde du travail et pourquoi n’a-t-on pas pris ces habitudes plus tôt, pour se déplacer ?

Egalement, une relation de confiance instaurée via des outils mis en place au fil des années, par les administrateurs du site :  photo, biographie, préférences, certification de l’adresse email et du numéro de téléphone, système d’avis communautaire, et également réservation en ligne des covoiturages.  Grâce à cela, un réseau de confiance s’est mis  en place, avec l’outil TrustMan. Je vous invite à aller sur ce lien suivant et à regarder la vidéo du créateur du site : Frédéric Mazzella lors d’une session TEDx Pantheon Sorbonne, qui a dit : « Libérez la valeur de la confiance !  »

L’outil possède également un agenda pour les déplacements ponctuels, des manifestations culturelles, professionnelles, ou autres ! Planifiez vos évènements et allez sur l’Agenda !

Appli disponible sur Smartphone également.

Quelques explications … En images

La crise ? Mais quelle crise ? Covoiturons-donc !

C’est une vidéo, on ne peut plus au goût du jour ! Les prix des carburants baissent momentanément et en moyenne de 3 cts d’€ … Comment se déplacer en voiture, en dépensant moins ? Une des premières solutions est bien sûr, le covoiturage !

Ici avec Frédéric Mazzella, un des pionniers en France de site de mise en relation pour le covoiturage, qui nous explique le pourquoi du comment, et surtout qui nous démontre, des économies chiffrées !

Source : MobilitéDurable.org sur YouTube, le 16.11.2010

Semaine Européenne de la Mobilité

On en parle depuis une bonne dizaine d’années déjà, dans toute l’Europe, mais quelle est son historique ?

A l’origine, cette semaine fut lancée par la mise en place d’une « Journée sans voiture » (le 22 septembre), afin de sensibiliser les villes européennes à l’environnement. Mais les premiers essais de cette journée sans voiture, furent lancés dès 1956…avec la crise de Suez, et pour économiser le carburant. De 1956 à 1996, des essais de « Dimanche sans voiture » furent testés en Europe, par exemple : en Belgique ou à Bordeaux, où c’est une fois par mois sauf en août ; voire d’autres initiatives comme à Toulouse !). En France, ce fut La Rochelle qui fut pionnière dès 1997. L ‘initiative fut  lancée à échelle européenne en 1998, inscrite dans une « Semaine de la Mobilité »  qui présente une thématique différente chaque année.

Thématique de la « Semaine européenne de la Mobilité » en 2012 : « Faites la combinaison appropriée » :

L’initiative : « Une journée en ville sans ma voiture » du 22 septembre 1998 a été appréciée de 84 % de Français et 81 % ont souhaité la voir se renouveler et même s’étendre à toutes les villes en 1999. Le bruit a diminué de 50 % ce jour et la pollution de 40 à 50 %. Ces résultats n’ont cependant été publiés que le 12 janvier suivant. Un autre sondage révèle que 64 % des Français jugent que la circulation en ville n’est que « peu » ou « pas du tout supportable »

La « Semaine européenne de la mobilité » est une campagne annuelle sur la mobilité urbaine durable, organisée avec le soutien politique et financier des directions générales de l’environnement et des transports de la Commission européenne. L’objectif de la campagne, qui se déroule 16 au 22 septembre chaque année (quelques soient les jours de la semaine), est d’encourager les autorités locales européennes à présenter et à promouvoir des mesures de transport durable et d’inviter leurs citoyens à expérimenter des alternatives à la voiture en solo.

La semaine se termine le 22 septembre par « La journée en ville sans ma voiture », évènement, qui existe depuis 2000 et voit la participation grandissante des villes,  mettant en avant un ou plusieurs modes de déplacement, soit uniquement pour les piétons, les cyclistes et/ou bien les transports publics, durant toute la journée.

Depuis son introduction en 2002, l’impact de la « Semaine européenne de la mobilité » n’a cessé de croître, tant à travers l’Europe que dans le monde. En 2010, un nombre record de 2268 villes, représentant environ 227 millions citoyens, officiellement enregistrés pour la campagne. Un total de 7 506 mesures permanentes ont été mises en œuvre, en se concentrant sur les infrastructures pour le vélo et la marche, la modération de la circulation, l’amélioration de l’accessibilité des transports et de sensibilisation des comportements de déplacements durables.

La campagne représente une opportunité pour les villes participantes, afin de démontrer l’importance de la mobilité urbaine durable. C’est également une chance unique pour les autorités locales de tester leurs politiques de transport et de les présenter aux citoyens. Ces dernières années, la campagne s’est étendue au-delà de l’Europe à des pays comme le Japon, Taiwan, le Brésil, la Colombie et l’Equateur !

Dans son Plan d’action 2009 sur la mobilité urbaine, la Commission européenne a qualifié la « Semaine européenne de la mobilité « comme une campagne qui  « joue un rôle important dans la création d’une nouvelle culture de la mobilité urbaine« .

 

A ce jour et dans le monde, 679 villes enregistrées comme participant à la « Semaine Européenne de la Mobilité » 2012, dont 12 en France et le record est en Espagne avec 282 villes !

Bologne (Italie) remporte le Prix de la Semaine européenne de mobilité 2011

En déclinaison : Journée du Transport Public en France, le 19 septembre 2012 – Info Objectif Transport Public –

Le saviez-vous ? Un bus peut transporter l’équivalent de 40 à 50 voitures. Un tramway peut contenir 240 personnes, soit 3 bus ou 177 voitures.

 L’ADEME recommande : La Journée du Transport Public 2012

 

Sources : Wikipédia ; European Mobility Week ; Do the Right Mix ; European Union

Green Monkeys et Autocool : 2 solutions complémentaires

Ici, deux partenaires complémentaires dans l’élaboration de leur domaine d’activité respectif ! La mobilité durable, mais pas seulement ! La coopération professionnelle et le développement humain durable ! Bonne écoute et des conseils à prendre 🙂 … Laurence


Metro’num : AutoCool et Green Monkeys, interview… par Capsciences
Source : InnovCity du 03.02.2012

Nicolas Guenro, Directeur général d’Autocool et Sébastien Touchais, Directeur général de Green Monkeys , livrent un portrait croisé sur leurs activités respectives, complémentaires qui prennent de l’ampleur grâce à l’utilisation du numérique.

Le premier gère une société de location de véhicule, le second une société de covoiturage. Ils ne se voient pas comme des concurrents, mais plutôt comme des partenaires, qui mènent des activités complémentaires.

Le numérique est pour eux une chance de promouvoir leurs valeurs de partage, un véritable outil pour faire connaitre leur offre.

Interview réalisée à l’occasion de Métronum’ , le 9 décembre 2011, par Jérémy Cauden et Hugo Bazin / Studio Cap Sciences

Autre article sur Green Monkeys : Green Monkeys, le covoiturage devient easy

Le singe vert au G21 suisse !

Voilà une petite bête qui monte, qui monte ! 🙂 ….. Laurence

Source : blog Green Monkey, le 23.05.2012

Retrouvez Green Monkeys au G21

Fin mai s’annonce « Swisstainable » !

Les 29 et 30 mai prochains, Green Monkeys se joint au premier rendez-vous de l’économie et du développement durable en Suisse –le G21.

Le G21 est un double clin d’œil au sommet du G20 ainsi qu’au millénaire dans lequel cet événement prend place. Cet événement organisé par NiceFuture porte l’idée centrale que les enjeux environnementaux et sociétaux d’aujourd’hui ne pourront pas se résoudre sans l’implication du monde économique. Pour instaurer une dynamique collaborative entre les différents secteurs et acteurs de l’économie, le G21 offre un lieu unique de rencontre, d’échanges et de débats.

Pour alimenter le débat autour de la mobilité et du covoiturage dynamique, retrouvez l’équipe de Green Monkeys durant les deux jours de conférences dans l’espace Ideas&Solutions Market.

Pour réserver un moment d’échange privilégié avec un membre de notre équipe, contactez nous dès aujourd’hui !

 

Green Monkeys, le covoiturage dynamique à Marseille

C’est en effet depuis décembre 2011, que la ville de Marseille s’est engagée avec la société de covoiturage dynamique Green Monkeys… Laurence

Les explications en vidéo et les détails ci-dessous :

Vidéo-témoignage : La Ville de Marseille covoiture avec Green Monkeys

Depuis fin 2011, les 11 500 agents de la Ville de Marseille peuvent s’inscrire gratuitement sur une plateforme de covoiturage dynamique qui leur est dédiée.

Pionnière dans ce domaine, la Ville de Marseille est la première collectivité française à proposer une solution de covoiturage innovante à ses agents. Ce projet vient relancer un thème qui était déjà inscrit dans le Plan de Déplacement d’Administration de la ville depuis juillet 2005.

Cette offre de covoiturage s’intègre donc de façon naturelle dans les différents projets de la ville, comme celui d’amener l’ensemble des marseillais à reconsidérer leurs habitudes de déplacement, ou encore le projet Marseille Ville Numérique.

Jean-Charles Lardic, Directeur de la Prospective, organe de la Ville chargé notamment d’impulser des projets concrets et innovant pour l’avenir de Marseille, décrypte cette offre de covoiturage unique.

Covoiturage dynamique et parcs relais gratuits à Aix en Pce

Après le coworking d’hier, voilà le covoiturage du jour ! Mais un covoiturage dynamique avec le parking malin de Green Monkeys !  Laurence – Vu sur (cliquez) : 

A Aix-en-Provence, on se bouge, on se dynamise ! 🙂 …

Gratuité des parcs relais d’Aix-en-Provence !

Désormais les covoitureurs inscrits sur Green Monkeys peuvent bénéficier de la gratuité des parcs relais d’Aix-en-Provence !

Situés aux entrées du centre-ville, les parcs relais sont des parkings clôturés, surveillés et desservis régulièrement par des navettes, elles aussi gratuites pour les covoitureurs !

Comment profiter de cet avantage ?

L’offre est valable du lundi au vendredi de 6h30 à 21h pour toutes les personnes se présentant à l’entrée des parcs-relais cités ci-dessous, à condition d’être au minimum deux par voiture et sur présentation de sa carte de membre Green Monkeys (au moins 2 cartes de membre par voiture). La carte de membre est disponible gratuitement sur demande ici, il suffit d’être inscrit au service Green Monkeys*.

Le gardien du parking éditera alors un ticket de parking gratuit et remettra à chacun des covoitureurs un ticket de bus leur permettant d’emprunter gratuitement le réseau Aix-en-Bus, toute la journée.

Où sont-ils situés ?

Aujourd’hui il existe 3 parcs relais :

Le Krypton (300 places), situé au sud du centre-ville dans le quartier du pont de l’arc. Il est relié par la ligne Aix-en-Bus n°9

Les Hauts de Brunet (360 places), situé au nord de la ville et également relié par la ligne n°9.

Route des Alpes, à l’est de la ville. Équipé de 200 places, il est desservi par deux lignes de bus, la n°1 et n°23.

Finies les interminables recherches de stationnement, avec Green Monkeys, garez-vous malin !

* Carte de membre valable 6 mois. La première carte de membre est délivrée sous la seule condition d’être inscrit sur Green Monkeys. Pour pouvoir renouveler sa carte de membre, les inscrits devront avoir effectués des trajets de covoiturage sur la plateforme Green Monkeys.