Déploiement de l’appli de covoiturage dynamique : WEVER

WEVER, du néerlandais « tisserand » : celui qui tisse des liens ! Wever se veut le réseau social du covoiturage ! Telle est l’origine du nom de cette start-up azuréenne créée durant l’été 2015 ! 

Depuis, que d’évolution parcourue ! A l’aube de 2017, signatures de partenariats avec les sept Clubs d’entreprises des Alpes-Maritimes, dont celui de Sophia Antipolis ! Sophia qui d’ailleurs a relancé son « PDIE » (Plan de Déplacements Inter Entreprises), via le Sophia Club Entreprises : Newsletter n°1 Actu mobilité Sophia, 01.2016 ; et qui a créé entre autres, le 1er Challenge de la Mobilité en partenariat avec l’Ademe, le 20 sept. 2016

Pour Wever, « Chaque trajet compte » !

Qui mieux qu’un partenaire phare pour détailler le déploiement des services de cette start-up ? Avec Directeur Général Paul Maarek de Vinci Autoroutes, le 16/11/2016 :

 

Continuer la lecture de « Déploiement de l’appli de covoiturage dynamique : WEVER »

Bilan 2013

Quel est le bilan 2013 ? Qu’a-t-on mis en place ? Où va-t-on ? …

La mobilité s-est elle reposée sur ses lauriers_image source Android Fr

 Voilà quelques grandes lignes de cette année 2013 :

Les points à améliorer :

  • On attend toujours en France, une indemnité kilométrique pour l’usage du vélo comme mode de transport domicile-travail (comme en Belgique, par exemple)
  • Cela bouchonne toujours sur nos routes maralpines, ainsi que sur l’hexagone ! Les embouteillages coûtent 677 euros à chaque foyer français, en 2013
  • Quid des avancées de la LGV Paca devenue la « Nouvelle Ligne » …

Les avancées :

  • On a vu une augmentation de ventes et d’utilisation des vélos, en France comme en Europe
  • Dans chaque coin de France, des évènements pour mobiliser les citoyens autour du vélo
  • Développement des infrastructures cyclables (pistes, voies vertes…)
  • Les véhicules électriques en progression
  • Travailler autrement, via des espaces de co-working
  • L’auto-partage de véhicules personnels entre particuliers
  • Grand pas en avant du co-voiturage en France
  • Déploiement du téléphérique urbain
  • Les femmes engagées dans la mobilité durable

Une nouvelle année pour de nouvelles résolutions ? Nous verrons bien ! A suivre …

2èmes rencontres des véhicules propres, Mouans-Sartoux et Grasse

Pour cette 2ème année et rencontre, à nouveau un évènement pour les professionnels, le vendredi 11 oct-2013, à la salle Léo Lagrange de Mouans-Sartoux ; et un deuxième évènement le lendemain – samedi 12 oct-213 – pour le grand public, au Pôle multimodal de la gare SNCF de Grasse.

Rencontres organisées par la Communauté d’Agglomération de Pôle Azur Provence :

2è Renconctre des véhicules propres oct.2013

 Cliquez sur l’affiche pour info en ligne

Tous les détails ci-dessous :

Les « 2èmes rencontres autour des véhicules propres », organisées par la Communauté d’Agglomération Pôle Azur Provence, sont l’occasion de présenter aux particuliers, entreprises et collectivités les solutions existantes en faveur d’une mobilité « propre », respectueuse de l’environnement.

Des rencontres qui se veulent pédagogiques et conviviales…
Vous pourrez découvrir un large éventail de véhicules de tous types (utilitaires, voitures familiales, 2 roues, vélos…)offrant des solutions pratiques alliant la réduction des coûts et la lutte contre la pollution de l’air. Pour répondre à vos questions, des animations, tables rondes, expositions autour des véhicules propres seront proposés : quels sont les avantages à utiliser ces véhicules ? Quelles sont les mesures d’accompagnement ? Les aides financières…

De la théorie à la pratique…
Un circuit d’essais et de démonstration sera mis en place sur le site du Pôle Intermodal de Grasse la journée du samedi 12 octobre. Ainsi, chacun pourra découvrir et tester ces nouveaux modes de transport écologiques. N’oubliez pas votre permis de conduire !

Programme des deux journéesFlyer 2èmes Rencontres des Véhicules Propres

11 octobre 2013 : Journée «professionnels» Salle Léo Lagrange, Mouans-Sartoux 10h00 à 17h00

10h00 : Accueil
10h30 : Discours d’ouverture
11h00 à 12h30 : Tables rondes

  • Table ronde 1 – Témoignages d’entreprises engagées dans des démarches de mobilité durable (Plan de déplacements inter-entreprises de Carros, du Plan de Grasse et de Sophia)
  • Table ronde 2 – Témoignages de l’utilisation au quotidien des véhicules propres au sein d’entreprises

12h30 à 13h30 : cocktail déjeunatoire
13h30 à 17h00 : essais/démonstrations des véhicules
17h00 : Clôture de la journée

12 octobre 2013 : Journée «grand public» Gare SNCF (Pôle intermodal), Grasse 10h00 à 18h00

10h00 : Ouverture de la journée
10h00 à 18h00 :

  • Essais/démonstrations des véhicules
  • Animation enfants (par Planète Sciences Méditerranée)
  • Parcours sécurité routière et atelier mobile réparation vélos (PECOS)
  • Expositions des centres de loisirs sur le projet : « Imaginer le véhicule du futur »
  • Jeu concours tout public *

15h00 : Spectacle familial sur la mobilité durable suivi d’un goûter Bio pour les enfants
18h00 : Clôture de la journée

Contact : Raphaël Flatot
rflatot@poleazurprovence.com
Tel : 04.97.05.22.00

Contact Presse : Muriel Courché – Directrice de communication Pôle Azur Provence
Tél. 04 97 05 22 03 – Tél. 06 68 93 02 42 – mcourche@poleazurprovence.com

*Pour connaître les modalités du concours, règlement déposé chez SCP Gioanni Venezia Kermarrec – Grasse
Télécharger le reglement

 

Inter-modalité : train + voiture électrique

Je n’ai pas pour habitude de faire de la pub pour des voitures, mais là, ça y est ! Un grand pas dans l’inter-modilité (plusieurs modes de transports utilisés pour un même trajet) est en « train » d’être réalisé ! Je vous laisse lire l’article ci-dessous du site de l’AVEM, posté le 04 fév-2013 par Michaël Torregrossa :

nissan_sncf_leaf

Intermodalité train + voiture électrique – Nissan et la SNCF s’associent

Grâce à un nouvel accord conclu entre Nissan et la SNCF, les 929 km qui séparent Nice de Paris ne sont plus un problème pour les utilisateurs de la Nissan Leaf.En effet, le constructeur propose désormais aux propriétaires de la Leaf des conditions avantages pour accéder au service Auto/Train de la SNCF, leur permettant de parcourir de longues distances sans avoir à se soucier de la limite d’autonomie des VE.

« La complémentarité de l’offre des deux partenaires et ce nouveau partenariat permettent de répondre aux besoins des automobilistes électriques dans leur mobilité sur de courtes et de plus longues distances » précise le constructeur dans un communiqué.

Des offres préférentielles pour les utilisateurs de Nissan Leaf

A travers le partenariat conclu avec la SNCF, les propriétaires de Nissan Leaf disposent de conditions tarifaires préférentielles pour accéder au service :

  • Pour tout nouvel utilisateur : un trajet simple offert
  • Pour tous les propriétaires : 30% de réduction sur les tarifs Flexi Auto/Train

La souscription au service peut s’effectuer dans les gares et boutiques SNCF ou encore en appelant le 36 35.

Borne de charge rapide à l’arrivée

Et afin de garantir au conducteur une autonomie maximum à l’arrivée, Nissan a mis à la disposition de la SNCF une première borne de recharge rapide (AC/DC) installée dans la gare auto-train de Paris Bercy et gérée directement par le personnel de la SNCF.

Une implantation qui s’inscrit dans l’engagement de Nissan d’installer pas moins de 40 bornes rapides sur l’ensemble du territoire français afin de relier les grandes villes…

Pour plus d’information :

Nissan West Europe
Benedicte BOHBOT
8, avenue Jean d’Alembert
BP 123
78194 Trappes Cedex

Tel :  01 72 67 27 30
Site : http://www.nissan.fr

Nissan West Europe est adhérent de l’AVEM et soutient ses actions.

Inauguration du Pôle Azur Provence intermodal, à Grasse

Un Pôle intermodal ou multimodal, c’est quoi ? C’est pour un même déplacement, un lieu qui rassemble différents modes de transport. En général, cela part d’une gare SNCF, puis s’ajoute une gare routière (bus et cars), un parc relais (parking autos payant ou gratuit, gardé ou non), et un lieu pour garer les vélos (soit en flotte à disposition des citoyens, ou bien, un parking où les usagers peuvent y déposer en toute sécurité, leur propre bicyclette)…

Actuellement et un peu de partout dans le département des Alpes-Maritimes, poussent ces nouveaux complexes de transports, facilitant les choix pour se déplacer d’un mode à l’autre. Ainsi, Grasse via le Pôle Azur Provence innove dès le 12 octobre 2012, avec l’inauguration de son Pôle multimodal.

Pôle Intermodal Grasse_Mode d’emploi

OUVERTURE PÔLE INTERMODAL DE GRASSE

Source : www.poleazurprovence.com

 Les travaux du pôle intermodal de Grasse au niveau de la gare TER de Grasse touchent à leur fin (démarrage : décembre 2009).

L’ouverture est prévue en été 2012.

Ce parking-relais comprend :
– Un parking à 2 niveaux de 222 places, dont 5 places réservées aux personnes à mobilité réduite disposées à proximité des ascenseurs et 20 places deux roues motorisés.
– Une gare routière comprenant 9 quais.
– Une dépose minute permettant, grâce à un circuit spécifique, une grande fluidité et une proximité avec la gare. La prise en charge des taxis reste visible de la gare et sa situation permet aux véhicules de prendre en charge les passagers et de s’injecter dans le flux urbain sans difficulté.
– Les abris vélos seront situés sur le parvis, et de ce fait seront à proximité de la gare.
– Une aire de stationnement des cars de 9 places. Elle permet également d’utiliser un espace moins stratégique pour le pôle d’échanges, afin d’éviter de monopoliser les quais par les bus ayant un temps d’attente très long avant le prochain départ.

La création de ce pôle a de nombreux objectifs :
-Favoriser le lien entre les différents modes de déplacement (train, bus, marche à pied, vélo, voiture, deux-roues motorisées et taxi).
-Renforcer l’accès aux transports en communs en améliorant l’accessibilité sur le territoire de la Communauté d’Agglomération.
-Créer les conditions qui permettent aux habitants, aux scolaires ou encore aux acteurs économiques de se déplacer facilement et qui favorisent la cohésion sociale et le développement économique en minimisant les nuisances environnementales.

Ce parking sera un parking-relais (P+R) où le stationnement sera gratuit pour les usagers des Transports en Commun (Sillages, Conseil Général 06 et TER).

Autre lien : Démarrage des travaux en décembre 2009

WebtimeMedias le détaille : Grasse : Pôle Azur Provence inaugure son Pôle Intermodal Publié le 11 octobre, 2012 – 19:54 par Jean-Pierre Largillet
Parking de 220 places, nouvelle gare routière, abri vélo, lien direct avec la gare SNCF : ce nouvel équipement d’un coût de 10 millions d’euros est un des grands projets de la Communauté d’agglomération Pôle Azur Provence qui fête ses dix ans. Il marque la volonté de la CAPAP de développer les transports en commun.

 

Avec le Pôle Intermodal de Grasse c’est un des projets marquants mené par le Pôle Azur Provence depuis sa création qui sera inauguré demain vendredi 12 octobre, à 11 heures, route de la Marigarde, à proximité de la gare SNCF. Un équipement structurant, réalisé par communauté d’agglomération qui a été fondée en 2002 et fête cette année ses dix ans d’existence. L’inauguration se fera en présence de Christophe Mirmand, préfet des Alpes-Maritimes, Michel Vauzelle, président du Conseil régional Paca, Eric Ciotti, président du Conseil général, Jean-Pierre Leleux, sénateur-maire de Grasse et président de la communauté d’agglomération Pôle Azur Provence ainsi que des élus de la Capap.

L’intermodalité entre train, bus, marche à pied, vélo, voiture, motos et taxis

En accompagnement de la réouverture de la ligne TER Cannes-Grasse en mars 2005, les élus communautaires avaient affirmé leur volonté de développer une politique dynamique en faveur des transports en commun par la réalisation de Pôles intermodaux. Une première étape avait été amorcée avec l’aménagement du pôle d’échanges situé en gare de Mouans-Sartoux. La réalisation d’un équipement intermodal en gare de Grasse poursuit cette structuration d’un maillage cohérent et global des différents modes de déplacement sur le territoire de la communauté d’agglomération.

La création de ce pôle d’échanges vise plusieurs objectifs. Il s’agit de favoriser l’intermodalité entre les différents modes de déplacement (train, bus, marche à pied, vélo, voiture, deux-roues motorisées et taxi), de valoriser et renforcer l’accès des usagers aux réseaux de transports en commun en améliorant l’accessibilité sur le territoire de la Communauté d’Agglomération ainsi que de créer les conditions d’une mobilité durable qui permettent aux habitants, aux scolaires ou encore aux acteurs économiques de se déplacer facilement.

Ce pôle intermodal se compose d’un parking à 2 niveaux comprenant 220 places, dont 6 places réservées aux personnes à mobilité réduite disposées à proximité des ascenseurs et 20 places deux roues motorisés. S’y ajoute une nouvelle gare routière avec les bus Sillages et les cars départementaux Lignes d’Azur et un dépose minute permettant, grâce à un circuit spécifique, une grande fluidité et une proximité avec la gare. Des abris vélos seront d’autre part situés sur le parvis à proximité de la gare, tandis qu’une navette FUNIX à 1 € permettra de rejoindre le centre-ville de Grasse (toutes les 15mn). Il est prévu enfin un lien direct avec la gare SNCF.

Une opération en cohérence avec plusieurs autres grands projets

Cette opération, de plus, s’inscrit en cohérence avec plusieurs projets. Ainsi, elle est en liaison avec la création d’un funiculaire entre la gare TER et le centre-ville de Grasse, par le Syndicat mixte de transports Sillages. Elle s’intègre également avec la création d’une passerelle piétonne entre la future gare routière et la station basse du funiculaire, par le Syndicat mixte de transports Sillages. Elle joue aussi sur l’amélioration de la capacité de la ligne TER Cannes-Grasse par RFF à l’horizon 2014, avec un train toutes les demi- heures en heure de pointe, et une réorganisation globale du transport collectif (Sillages/CG06) s’articulant autour de la gare TER. D’autre part, elle est en cohérence avec un projet de renouvellement urbain sur le secteur de la gare comprenant la création de logements, commerces et équipements publics et la création de cheminements piétons permettant de relier les quartiers périphériques.

Le coût de ce nouvel équipement atteint 10 millions d’euros avec un peu plus de 5 millions d’euros de financements extérieurs (Conseil général avec le contrat de plan départemental, Conseil régional avec le contrat de projet 2007-2013, Etat et Europe via le FEDER)

Semaine européenne de la mobilité

Du dimanche 16 au samedi 22 septembre et comme chaque année. Chaque jour, un mode de transport alternatif à la voiture individuelle ! De quoi avoir largement le choix pour mieux se déplacer ! 🙂

Source : Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie

 

[box] Les Journées Nationales des Voies Vertes : les 15,16 et 22,23 septembre – Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Mobilité et des « RDV Sport Santé Bien être », l’Association Française de Développement des Véloroutes et Voies Vertes organise chaque année les Journées (…)[/box]

 

[box] La journée des vélo-écoles : mardi 18 septembre 2012 – Écologique, bon pour la santé, économique, efficace, rapide… le vélo a tout bon pour les trajets quotidiens ! C’est pourquoi son utilisation a augmenté dans les villes ces dernières années. Mais (…)[/box]

 

[box] La journée du transport public : mercredi 19 septembre 2012 – La Journée du transport public est organisée chaque année par le GIE Objectif transport public avec le soutien du Ministère de l’Énergie, du Développement Durable et de l’Énergie, afin de promouvoir (…)[/box]

 

[box] La journée du covoiturage : jeudi 20 septembre 2012 – Le Ministère du Développement durable lance la 3ème journée nationale du Covoiturage en partenariat avec BlaBlaCar.fr (nouveau nom de covoiturage.fr) et avec le soutien des structures de covoiturage, (…)[/box]

L’ADEME, le premier interlocuteur de la mobilité responsable

Du 16 au 22 septembre prochain, nous célebrerons la Semaine Européenne de la Mobilité. En préambule des évènements, Christelle Bortolini, ingénieur au département Transport et Mobilité de l’Agence de l’Environnement et la Maitrise de l’Energie à Sophia Antipolis prend la parole au micro de GREEN CODE Event pour aborder le rôle de l’ADEME en faveur des déplacements responsables, les raisons de son soutien au Forum GREEN CODE 2012 sur la Mobilité Durable le 21 septembre prochain, et prodigue quelques conseils aux porteurs de projet.

Toutes les images de l’interview en exclusivité

Semaine Européenne de la Mobilité

On en parle depuis une bonne dizaine d’années déjà, dans toute l’Europe, mais quelle est son historique ?

A l’origine, cette semaine fut lancée par la mise en place d’une « Journée sans voiture » (le 22 septembre), afin de sensibiliser les villes européennes à l’environnement. Mais les premiers essais de cette journée sans voiture, furent lancés dès 1956…avec la crise de Suez, et pour économiser le carburant. De 1956 à 1996, des essais de « Dimanche sans voiture » furent testés en Europe, par exemple : en Belgique ou à Bordeaux, où c’est une fois par mois sauf en août ; voire d’autres initiatives comme à Toulouse !). En France, ce fut La Rochelle qui fut pionnière dès 1997. L ‘initiative fut  lancée à échelle européenne en 1998, inscrite dans une « Semaine de la Mobilité »  qui présente une thématique différente chaque année.

Thématique de la « Semaine européenne de la Mobilité » en 2012 : « Faites la combinaison appropriée » :

L’initiative : « Une journée en ville sans ma voiture » du 22 septembre 1998 a été appréciée de 84 % de Français et 81 % ont souhaité la voir se renouveler et même s’étendre à toutes les villes en 1999. Le bruit a diminué de 50 % ce jour et la pollution de 40 à 50 %. Ces résultats n’ont cependant été publiés que le 12 janvier suivant. Un autre sondage révèle que 64 % des Français jugent que la circulation en ville n’est que « peu » ou « pas du tout supportable »

La « Semaine européenne de la mobilité » est une campagne annuelle sur la mobilité urbaine durable, organisée avec le soutien politique et financier des directions générales de l’environnement et des transports de la Commission européenne. L’objectif de la campagne, qui se déroule 16 au 22 septembre chaque année (quelques soient les jours de la semaine), est d’encourager les autorités locales européennes à présenter et à promouvoir des mesures de transport durable et d’inviter leurs citoyens à expérimenter des alternatives à la voiture en solo.

La semaine se termine le 22 septembre par « La journée en ville sans ma voiture », évènement, qui existe depuis 2000 et voit la participation grandissante des villes,  mettant en avant un ou plusieurs modes de déplacement, soit uniquement pour les piétons, les cyclistes et/ou bien les transports publics, durant toute la journée.

Depuis son introduction en 2002, l’impact de la « Semaine européenne de la mobilité » n’a cessé de croître, tant à travers l’Europe que dans le monde. En 2010, un nombre record de 2268 villes, représentant environ 227 millions citoyens, officiellement enregistrés pour la campagne. Un total de 7 506 mesures permanentes ont été mises en œuvre, en se concentrant sur les infrastructures pour le vélo et la marche, la modération de la circulation, l’amélioration de l’accessibilité des transports et de sensibilisation des comportements de déplacements durables.

La campagne représente une opportunité pour les villes participantes, afin de démontrer l’importance de la mobilité urbaine durable. C’est également une chance unique pour les autorités locales de tester leurs politiques de transport et de les présenter aux citoyens. Ces dernières années, la campagne s’est étendue au-delà de l’Europe à des pays comme le Japon, Taiwan, le Brésil, la Colombie et l’Equateur !

Dans son Plan d’action 2009 sur la mobilité urbaine, la Commission européenne a qualifié la « Semaine européenne de la mobilité « comme une campagne qui  « joue un rôle important dans la création d’une nouvelle culture de la mobilité urbaine« .

 

A ce jour et dans le monde, 679 villes enregistrées comme participant à la « Semaine Européenne de la Mobilité » 2012, dont 12 en France et le record est en Espagne avec 282 villes !

Bologne (Italie) remporte le Prix de la Semaine européenne de mobilité 2011

En déclinaison : Journée du Transport Public en France, le 19 septembre 2012 – Info Objectif Transport Public –

Le saviez-vous ? Un bus peut transporter l’équivalent de 40 à 50 voitures. Un tramway peut contenir 240 personnes, soit 3 bus ou 177 voitures.

 L’ADEME recommande : La Journée du Transport Public 2012

 

Sources : Wikipédia ; European Mobility Week ; Do the Right Mix ; European Union

Enquête GFI : je m’oriente et je me déplace grâce à mon tél mobile

Merci de répondre à cette enquête (10-15 min) pour toute personne en relation avec Sophia Antipolis – Et/ou de la diffuser dans votre entourage – Laurence

Source : Sarah Malakh de GFI Sophia Antipolis – Le 16.07.2012

GFI et l’Université de Nice Sophia Antipolis mènent en collaboration avec la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis (CASA) et leurs partenaires* locaux, un projet innovant nommé « Sophia Zen ».

Sophia Zen offre aux personnes habitant, étudiant ou travaillant dans la technopole un ensemble de services mobiles permettant de mieux s’orienter et se déplacer plus efficacement.

L’enjeu : vous aider à trouver plus facilement une entreprise, un arrêt de bus, d’accéder à de l’information sur le trafic en temps réel, vous proposer des alternatives à la voiture individuelle…

@Sophipolitains, nous avons besoin de vous pour mieux cerner vos besoins en situation de mobilité, grâce à un court questionnaire en ligne !
Le questionnaire est disponible à cette adresse.

Merci d’avance pour votre aide qui nous sera précieuse !

* Partenaires du projet Sophia Zen : Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis, l’Université de Nice Sophia Antipolis, le réseau Envibus, la Fondation Sophia Antipolis et le SYMISA (Syndicat Mixte Sophia Antipolis)

Fin de la 1ère phase, au 31 juillet 2012 – 2ème phase début septembre 2012.

Info en ligne sur « Les brèves de Biot« 

Et si on changeait le monde avec Advansolar ?

ADVANSOLAR, une jeune entreprise innovante des Alpes-Maritimes qui fournit des produits et services pour la mobilité via le solaire. L’entreprise passe sur France 3 Vendredi 27 mars 2012 à 20h10. Soutenez-les en VOTANT pour leur projet dès MAINTENANT et faites voter TOUS VOS CONTACTS ! Merci pour eux. They love you!!

Un lien, une info, une idée innovante pour changer le monde ! Des nouvelles technologies et des envies d’avancer différemment ? Voilà de quoi vous rendre utile en votant pour ces jeunes entrepreneurs 🙂 Merci de faire passer ce lien :

http://www.etsionchangeaitlemonde.fr/#/challenge/projets/S

Laurence

Un article supplémentaire à propos de cette société innovante, sur le site de l’AVEM :

Advansolar lance le 1er service de vélos électriques solaires

Posté le 01/02/2012 à 07:00 par Michaël TORREGROSSA – Lu 1746 fois – Poster un commentaire 

Advansolar vient d'inaugurer son premier service de vélos électriques solaires au coeur de l'Eco Vallée à Nice

Advansolar vient d’inaugurer son premier service de vélos électriques solaires au coeur de l’Eco Vallée à Nice et   de lancer le 1er service ‘clé-en-main’ de vélos électriques solaires à destination des employés des entreprises, sites ou zones d’activité.
A la fois flexible et accessible, cette nouvelle offre se présente comme un « kit » : station de recharge solaire SunPod Cyclo + vélos électriques + un service global d’assurance, SAV et maintenance.

Dévoilée il y a quelques mois, la station de recharge solaire SunPod Cyclo est à la fois mobile et autonome en énergie et permet de recharger et de sécuriser une flotte de vélos électriques.

« Les entreprises peuvent désormais facilement mettre à disposition de leurs employés des vélos électriques pour les petits déplacements – déjeuner, domicile, inter-site. Outre le service rendu aux employés, le gain est double : plus de kilomètres transformés en mode de déplacement ‘doux’ et une image forte pour l’entreprise » explique dans un communiqué Julien Bischoff, Directeur Général de Advansolar.

Première installation à Nice, au cœur de l’Eco Vallée

Le premier service de vélos électriques solaires a été mis en place pour la Métropole Nice Cote d’Azur au cœur de l’Eco Vallée et « suscite déjà l’intérêt de collectivités et d’entreprises qui veulent promouvoir les modes de déplacements doux pour leurs employés tout en communicant sur l’énergie et la mobilité durable » commente Advansolar dans son communiqué.

Pour plus d’information

Advansolar
Julien BISCHOFF
Immeuble F4 – Av Emmanuel Pontremoli
Parc d’activité Nice La Plaine 1
06200 NICE

Tel :             04.89.24.63.86
Mail : julien.bischoff@advansolar.com
Site : http://www.advansolar.com

Advansolar est adhérent de l’AVEM et soutient ses actions.

Le tram, on y revient ?

Voilà de quoi rester stoïque !… Après toutes ces pressions pour la mise en place de ce « nouveau » (je joue sur les mots, bien sûr) mode de transport ; voilà maintenant que rien n’est si sûr ! Mais que reste-t-il à l’Humain pour se déplacer ? …ses mollets musclés via des modes doux, peut-être ? ..Ceci est un autre débat et ailleurs ! Voyons voir ce qui est dit ici et maintenant !… Laurence

Source : LeMonde, du ar Olivier Razemon

Le retour des tramways ne fait pas l’unanimité…

 

Un coup dur pour le maire PS de Besançon qui a fait du projet tramway l'élément phare de son deuxième mandat.

 

La mode du tramway urbain a-t-elle fait son temps ? Le 15 mars 2012, les responsables des transports de l’agglomération de Belfort (environ 100 000 habitants) ont jeté un pavé dans la mare : « Halte au tout-tramway, économisons 50 milliards d’euros ! », proclament-ils en prônant « la révolution douce des transports publics ».

Encouragée par les pouvoirs publics depuis le Grenelle de l’environnement, l’installation d’un tramway coûte cher : « Vingt-quatre millions d’euros le kilomètre contre 9 millions par kilomètre de bus, alors que le tramway ne génère que 150 voyages par an et par habitant », affirme le chevénementiste Christian Proust, président du Syndicat mixte des transports en commun du Territoire de Belfort.

Délaissé par les villes françaises au milieu du XXe siècle, le tramway a fait sa réapparition dans les années 1980 à Nantes (Loire-Atlantique) puis à Grenoble (Isère).

Depuis, une quinzaine de grandes villes se sont équipées, et la vogue atteint désormais des agglomérations telles qu’Aubagne (Bouches-du-Rhône), Béthune (Pas-de-Calais) ou Chambéry (Savoie), qui développent chacune un projet.

Considérée autant comme un outil d’aménagement urbain que comme un moyen de transport, une ligne de tramway implique, outre un investissement important, un budget de fonctionnement qui, partout, se révèle déficitaire. De l’argent public dépensé « à fonds perdus », clame M. Proust.

Le Territoire de Belfort continue de miser sur le bon vieux bus. L’opérateur s’est lancé dans des aménagements peu coûteux de son réseau destinés à faciliter la vie des passagers. Avec succès, puisque la fréquentation des huit lignes desservant l’agglomération a doublé en quatre ans.

Une rupture

« Nous avons régulé les feux de signalisation, aménagé des couloirs réservés et supprimé la vente de tickets dans les bus », détaille M. Proust. Résultat, la vitesse moyenne des bus est passée de 14 à 21 km/h, tandis que la fréquence de passage des véhicules augmentait.

Depuis quelques semaines, les voyageurs peuvent suivre la progression des bus dans la ville en consultant un ordinateur ou un smartphone.

La ville veut aller plus loin, en investissant 40 millions d’euros, dont 13 millions qu’elle espère obtenir de l’Etat, dans l’aménagement du réseau en centre-ville.

Toutes les villes ne s’engagent pas dans la même voie que Belfort. Avignon vient ainsi d’investir 250 millions d’euros dans un tramway court (18 mètres) qui entrera en service en 2017. « Il fallait une véritable rupture pour attirer une clientèle qui n’est pas habituée à prendre les transports en commun », plaide François Leleu, vice-président (UMP) de l’agglomération, en charge des déplacements.

Pour Roland Ries, maire (PS) de Strasbourg et président du Groupement des autorités responsables de transport (GART), regroupant notamment des élus de grandes villes, peu importe le type de transports publics privilégié, « l’essentiel est de sortir du tout-automobile ». Pour y parvenir, les élus réclament davantage d’aides de l’Etat.

Enquête en cours : Instant Mobility, Métropole NCA

Une enquête terminée en appelle une autre en cours (voir précédent billet) ! 😉 Voilà la dernière, mise en place par la Métropole Nice Côte d’Azur sur les différents sites locaux en lien avec les transports en commun : Céparou06 ; Auto bleue ; Lignes d’Azur…etc.

Cette étude fait partie de… (clic sur logo ci-dessous)

… un projet européen, auquel Orange Labs Sophia et la Métropole de Nice Côte d’Azur contribuent localement (parmi la centaine de partenaires), afin d’imaginer aujourd’hui ce que pourra apporter Internet dans nos déplacements urbains de demain.

Si vous vous vous déplacez sur le territoire de la métropole de Nice Côte d’Azur, vous êtes alors concerné(e)s ! Participez à votre niveau, à la conception de services innovants et soyez nombreux à y répondre (12 questions). Si vous n’êtes pas concerné(e)s, merci de diffuser cette enquête aux personnes concernées de votre entourage 🙂

Cliquez-là pour répondre. Cette enquête devrait se terminer fin mars 2012.

D’avance merci pour la mobilité de demain ! 😉

Laurence

Un point presse sur le lancement, du 15/04/2011, Nice Premium :