Info Réseau Ferré de France : Ligne Nouvelle en PACA

Voici un communiqué de Réseau Ferré de France (RFF) concernant le grand projet ferroviaire en Sud Europe Méditerranée. La zone de passage préférentielle* a été arrêtée, pour les tranches de Marseille-Aubagne et Canne-Grasse et Nice.

*Zone de passage préférentielle : un fuseau de passage qui définit la bande de terrain sur laquelle le futur tracé passera, mais qui n’est pas publié pour l’instant sur le site www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr

Du 12 mai au 13 juin 2014, RFF vous invite à donner votre avis sur la Zone de Passage Préférentielle de ces aménagements de priorité 2.
Vous pouvez consulter l’ensemble des documents et vous exprimer, dans les mairies concernées et sur le site : donnez votre avis !
Cette période d’information et de consultation sur la priorité 2 permet à RFF de poursuivre le dialogue et de construire ensemble le réseau ferroviaire performant dont notre région a besoin.

RFF -Ligne Nouvelle PACA

 

Mesdames, Messieurs,

Le projet de Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur vient de franchir une étape importante : Frédéric Cuvillier, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, a arrêté la Zone de Passage Préférentielle de la Ligne Nouvelle pour les sections « Marseille / Aubagne et « Cannes-Grasse / Nice ».Cela confirme l’accélération du rythme des études pour ces sections de première priorité, en engageant une nouvelle étape du projet, qui permettra de définir, dans la zone de passage préférentielle, le tracé qui sera présenté à l’enquête d’utilité publique. L’objectif fixé étant d’obtenir la déclaration d’utilité publique en 2017.

Cette décision s’inscrit dans le cadre des choix du gouvernement présentés à l’été 2013 : réorienter la politique des transports vers la modernisation des réseaux existants ; poursuivre les opérations de développement, en en phasant la programmation (conclusions de la Commission Mobilité 21). Ainsi, le traitement des nœuds ferroviaires marseillais et azuréens, dont la saturation actuelle entrave le bon fonctionnement des services ferroviaires quotidiens et nationaux, a été retenu parmi les opérations de première priorité.

L’information et la consultation menées auprès des élus, des acteurs et du public à l’automne 2013 a permis de recueillir un grand nombre d’avis sur la Zone de Passage Préférentielle des aménagements de priorité 1 (de Marseille et Aubagne et de Nice à la ligne Cannes-Grasse).
Cette consultation a permis de constater la bonne acceptation du projet de Ligne Nouvelle sur le territoire : il doit permettre d’améliorer l’offre de transport ferroviaire. Dans les Alpes-Maritimes, la nécessité accroître les circulations TER pour réduire la saturation routière, ainsi que la perte économique et les problèmes environnementaux qu’elle engendre, a été mise en avant ; dans les Bouches-du-Rhône, l’accent a été mis sur le besoin d’augmenter le nombre de trains et d’assurer la fiabilité des circulations.

Une nouvelle  période de dialogue et d’échanges vient de démarrer sur les aménagements de priorité 2, qui se poursuivront entre 2030 et 2050, pour permettre d’augmenter la capacité de la ligne Marseille – Vintimille : ligne littorale unique n’offrant pas de possibilité de dépassement entre les trains grandes lignes et les trains régionaux et pas d’alternative en cas d’incident.

Ainsi, afin d’améliorer la qualité et l’offre ferroviaire sur l’ensemble du territoire, la priorité 2 comporte les aménagements suivants :

  • La création d’une ligne nouvelle entre Aubagne et l’aire toulonnaise
  • L’aménagement de la gare de Toulon en surface
  • La création d’une ligne nouvelle entre Est Var et la ligne Cannes-Grasse
  • La création de la gare nouvelle de l’Est Var dans le secteur du Muy

Du 12 mai au 13 juin 2014, RFF vous invite à donner votre avis sur la Zone de Passage Préférentielle de ces aménagements de priorité 2.
Vous pouvez consulter l’ensemble des documents et vous exprimer, dans les mairies concernées et sur notre site : DONNEZ VOTRE AVIS !

Cette période d’information et de consultation sur la priorité 2 nous permet de poursuivre le dialogue et de construire ensemble le réseau ferroviaire performant dont notre région a besoin.

Cordialement,
Jean-Michel Cherrier, Directeur régional adjoint – Copyright © 2014 RFF, All rights reserved.

—–

La presse locale en parle :

Ligne Nouvelle Cannes-Grasse / Nice-la zone de passage est arrêtée

 

Demande d’avis pour le tracé de la Nouvelle Ligne Ferroviaire Provence Côte d’Azur

Nouvelle Ligne tracé Nov-2013

Où en est-on des avancées du tracé de la Nouvelle Ligne ferroviaire en Provence Côte d’Azur ?

Dans un courriel envoyé par RFF (Réseau Ferré de France), le 26 nov-2013 :

Madame, Monsieur,

Le comité de pilotage du 23 septembre 2013* a pris acte de la décision du gouvernement, présentée par le Premier Ministre le 9 juillet dernier, de retenir au titre des grands projets d’infrastructure des investissements compris entre 28 et 30 Mds €, sur la base des conclusions de la Commission Mobilité 21 remises le 27 juin dernier au Ministre chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche.

Cette décision bénéficie tout particulièrement à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui est concernée par près d’un quart des investissements de ce programme national et qui voit ainsi reconnu son retard en termes d’infrastructures de transport. Par ailleurs, la Commission avait souligné l’évolution favorable d’un projet de LGV vers un projet de Ligne Nouvelle, entre Marseille et l’Italie, réalisable par étapes, avec une priorité donnée aux transports du quotidien ; projet qu’il est préférable de démarrer par les secteurs où les limites de capacité du réseau ferroviaire actuel sont d’ores et déjà atteintes.
Il s’agit donc de donner la priorité au traitement des nœuds ferroviaires marseillais et azuréen, de décongestionner les entrées des gares de Marseille et Nice, et la gare de Marseille St-Charles, en réalisant ces opérations d’ici 2030 (aménagements de priorité 1).

Dans ce contexte, Frédéric CUVILLIER a décidé, le 21 octobre 2013, d’accélérer le rythme des études pour ces travaux. Cela inclut :

  •  Le traitement du nœud ferroviaire marseillais, de Marseille à Aubagne (2,5Md€) correspondant à la création d’un tunnel pour permettre la traversée souterraine de Marseille, la création d’une nouvelle gare à quatre voies à quai, souterraine également, sous Marseille Saint-Charles, et la réalisation d’une quatrième voie dans la vallée de l’Huveaune entre Marseille et Aubagne.
  • Le traitement du nœud ferroviaire azuréen, de Nice à la Siagne (4,2 Mds €) correspondant à la création  d’une ligne nouvelle entre Nice et La Siagne, et au-delà, à l’Ouest de Cannes, jusqu’à la jonction avec la ligne Cannes-Grasse, et la création de deux gares nouvelles.

L’objectif est de parvenir à la déclaration d’utilité publique en 2017 pour ces deux sections. 

Frédéric CUVILLIER a ainsi demandé au préfet de la région PACA, préfet coordonnateur des études, et au président de RFF de lui proposer, pour la fin de l’année 2013, une Zone de Passage Préférentielle (ZPP) pour la section « Marseille / Aubagne » et pour la section « Siagne / Nice » ; cette ZPP constituera la base sur laquelle seront ensuite poursuivies les études préalables à la déclaration d’utilité publique.

A cet effet, un dispositif d’information et de consultation, sous l’égide des Préfets de départements, a permis de présenter aux élus et aux acteurs la ZPP des aménagements de la priorité 1, lors de deux Commissions consultatives (le 28/10 dans les Alpes-Maritimes et le 8/11 dans les Bouches-du-Rhône) et de deux Comités territoriaux (le 8/11 dans les Alpes-Maritimes et le 20/11 dans les Bouches-du-Rhône).

Puis, les objectifs du projet et la Zone de Passage Préférentielle (ZPP) sont présentés au public, au cours d’une période d’information et de consultation menée du 21 novembre au 20 décembre 2013. Les citoyens sont invités à venir découvrir le projet en détails et à donner leur avis sur le site : DONNEZ VOTRE AVIS ICI.

Des documents d’information du projet et de la ZPP sont également consultables dans les mairies concernées (liste disponible sur le site Internet).

Avec la volonté de construire ensemble le meilleur projet ferroviaire pour la région, je vous prie de croire en l’assurance de mes sentiments les plus cordiaux,
Jean-Michel CHERRIER
Directeur Régional Adjoint
RFF PACA

*Extrait du Copil du 23 sept-2013, sur la partie maralpine du projet

POUR EN SAVOIR PLUS
•   sur le projet global : téléchargez la plaquette « Les priorités de la Ligne nouvelle »
•   sur le projet dans les Bouches-du-Rhône : téléchargez la plaquette « Priorité aux trains du
quotidien à Marseille »

•   sur la ZPP entre Marseille et Aubagne : téléchargez la fiche « Désaturation du nœud ferroviaire marseillais »
•   sur le projet dans les Alpes-Maritimes : téléchargez la plaquette « Quel réseau ferroviaire pour la Côte d’Azur »
·   sur la ZPP entre Siagne et Nice : téléchargez la fiche « Désaturation du nœud ferroviaire azuréen »

POUR DONNER VOTRE AVIS
> Donnez votre avis ! (mini enquête)

***

Un communiqué de la part du Président de l’Association de Défense de l’Environnement de Villeneuve-Loubet (l’ADEV), Serge Jover :

« Le 26 novembre 2013, RFF (Réseau Ferré de France) nous a informé officiellement de la poursuite du projet de LGV, rebaptisé Ligne Nouvelle (voir courrier ci-dessus).

Sur le schéma ci-dessus, vous trouverez une carte montrant le nouveau fuseau de passage de cette Ligne Nouvelle. Vous pouvez constater que la commune de Villeneuve Loubet et ses voisines sont traversées par ce projet. Sur les secteurs de Cagne-Mer/Villeneuve Loubet/Biot  il est indiqué « passage en tunnel sous les zones les plus sensibles » ?

Grace à nos actions, le tracé de LGV qui était initialement en aérien pour la traversée du Loup serait aujourd’hui en tunnel, mais nous devons rester vigilants.

Exigeons de RFF que la totalité de la traversée de Villeneuve Loubet soit en tunnel.

Merci de faire suivre ce message à vos amis.

Cordialement, Serge JOVER – Président de l’ADEV »

De la LGV PACA à la Ligne Nouvelle

De la LGV PACA n’ayant pas abouti réellement, au projet de la Ligne Nouvelle de train à grande vitesse en PACA.

Tgv_cannes

But de ce projet complet à l’horizon 2040 :
Créer la capacité ferroviaire répondant aux enjeux de la mobilité de demain : croissance démographique, report modal, qualité de vie.

Rénovation et modernisation du réseau ferroviaire existant

La Commission Mobilité 21 (CM21) a rendu le rapport : « Pour un schéma national de mobilité durable « , dans le cadre de l’élaboration du Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT). La CM21 formule des recommandations en vue de créer les conditions d’une mobilité durable et de hiérarchiser les projets d’infrastructures du SNIT ; issues des lois du Grenelle de l’environnement. La CM21 doit écouter tous les besoins qui s’expriment mais qui ne pourront être satisfaits dans les mêmes délais. Des priorités et un ordonnancement sont établis en tenant compte des exigences de la transition énergétique et écologique, des impératifs en matière de transport du quotidien, d’aménagement du territoire, d’intégration européenne ou encore de compétitivité économique. La CM21 recommande que le travail qu’elle a mené soit effectué à nouveau dans un délai de 5 ans (périodicité quinquennale). Au terme de ses travaux, la CM21 propose une hiérarchisation des projets de l’Etat qui n’ont pas vocation à relever des programmations pluriannuelles que constituent les contrats de projets Etat-régions (CPER), l’engagement national pour le fret ferroviaire ou les programmes de modernisation des itinéraires routiers.

La hiérarchisation des 63 projets opérée par la Commission 21 retient trois groupes :

  • Les projets prioritaires à mener sur la période 2014-2030, selon deux scénarios alternatifs, d’un montant de 8 à 10 milliards d’euros pour le premier et de 28 à 30 milliards pour le second – Les études et procédures de ces projets doivent être poursuivies en vue de leur engagement avant 2030
  • Les projets de seconde priorité : ces projets doivent être poursuivis en études, afin d’en approfondir la définition et permettre leur engagement sur la période 2030-2050
  • Les projets à engager au-delà de 2050 (pour la plupart des lignes à grande vitesse « LGV »), et dont les études doivent être arrêtées aussi longtemps qu’aucun élément nouveau ne justifie leur relance

Membres de la Commission Mobilité 21

En savoir plus :

La presse en parle :

La Nouvelle Ligne Ferroviaire en PACA

Parce-que le projet de la « LGV PACA » est mort dans l’oeuf et ne s’appelle plus ainsi, le débat prend une autre direction avec la promotion de la « NLF » :

« Nouvelle Ligne Ferroviaire »

Dans ce cadre, la CCI Nice Côte d’Azur ainsi que d’autres acteurs du département des Alpes-Maritimes, se mobilisent autour de cette pétition :
« Mobilisation pour La Nouvelle Ligne Ferroviaire : Les Alpes-Maritimes réclament une solution efficace et durable aux problèmes de déplacements. » 
 Pétition_NLF CCI NCA
Pour un gain d’une heure entre Marseille et Nice : merci d’en prendre lecture, de signer cette pétition et de diffuser à votre entourage !  A ce jour du 14/02/2013, déjà 4 430 signatures !

Soyons les acteurs de demain !

 2013.02.01_Nouvelle Ligne Ferroviaire en Paca

Inter-modalité : train + voiture électrique

Je n’ai pas pour habitude de faire de la pub pour des voitures, mais là, ça y est ! Un grand pas dans l’inter-modilité (plusieurs modes de transports utilisés pour un même trajet) est en « train » d’être réalisé ! Je vous laisse lire l’article ci-dessous du site de l’AVEM, posté le 04 fév-2013 par Michaël Torregrossa :

nissan_sncf_leaf

Intermodalité train + voiture électrique – Nissan et la SNCF s’associent

Grâce à un nouvel accord conclu entre Nissan et la SNCF, les 929 km qui séparent Nice de Paris ne sont plus un problème pour les utilisateurs de la Nissan Leaf.En effet, le constructeur propose désormais aux propriétaires de la Leaf des conditions avantages pour accéder au service Auto/Train de la SNCF, leur permettant de parcourir de longues distances sans avoir à se soucier de la limite d’autonomie des VE.

« La complémentarité de l’offre des deux partenaires et ce nouveau partenariat permettent de répondre aux besoins des automobilistes électriques dans leur mobilité sur de courtes et de plus longues distances » précise le constructeur dans un communiqué.

Des offres préférentielles pour les utilisateurs de Nissan Leaf

A travers le partenariat conclu avec la SNCF, les propriétaires de Nissan Leaf disposent de conditions tarifaires préférentielles pour accéder au service :

  • Pour tout nouvel utilisateur : un trajet simple offert
  • Pour tous les propriétaires : 30% de réduction sur les tarifs Flexi Auto/Train

La souscription au service peut s’effectuer dans les gares et boutiques SNCF ou encore en appelant le 36 35.

Borne de charge rapide à l’arrivée

Et afin de garantir au conducteur une autonomie maximum à l’arrivée, Nissan a mis à la disposition de la SNCF une première borne de recharge rapide (AC/DC) installée dans la gare auto-train de Paris Bercy et gérée directement par le personnel de la SNCF.

Une implantation qui s’inscrit dans l’engagement de Nissan d’installer pas moins de 40 bornes rapides sur l’ensemble du territoire français afin de relier les grandes villes…

Pour plus d’information :

Nissan West Europe
Benedicte BOHBOT
8, avenue Jean d’Alembert
BP 123
78194 Trappes Cedex

Tel :  01 72 67 27 30
Site : http://www.nissan.fr

Nissan West Europe est adhérent de l’AVEM et soutient ses actions.

Feuilleton des travaux du TER Paca, suite : Cannes-Nice les 19-20 janv.

Les travaux se poursuivent donc sur cette ligne … Et en voilà les perturbations prochaines !

Source : équipe du TER Côte d’Azur

INTERRUPTION DE LA CIRCULATION CANNES – NICE VILLE : LE POINT SUR LES TER MODIFIES DURANT LE WEEK-END DU 19 AU 20 JANVIER

En construction

Comme annoncé, la circulation ferroviaire sera totalement interrompue entre Cannes et Nice-Ville du samedi 19 janvier aux alentours de 15h30 jusqu’au dimanche 20 janvier 15h30. Des travaux de grande ampleur sont engagés par Réseau Ferré de France à hauteur de Villeneuve Loubet. 

Voici le point sur les circulations TER Modifiées.

Consultez le programme des circulations TER modifiées durant cette interruption

Report de voyage vivement conseillé !

Rappel : Il est vivement conseillé aux clients TER souhaitant voyager sur cet axe durant cette période de reporter leur déplacement ou d’opter pour un autre mode de transport.

 

Interruption totale des circulations entre Cannes et Nice-Ville

Durant cette période, les TER seront origine ou terminus :

– Cannes côté Marseille,

– Nice-Ville côté Vintimille

 

Nature des travaux : l’interruption ferroviaire permettra l’aménagement du Pont des Rives à Villeneuve Loubet, dans le cadre de la réalisation de la 3ème voie littorale entre Antibes et Cagnes Sur Mer.

Liaisons ferroviaires transfrontalières : on avance !

Une belle étape de franchie !

Source : mobilicites.com

http://www.mobilicites.com/fr_fil-d-info_liaisons-ferroviaires-transfrontalieres—les-regions-pourront-s-associer-aux-etats-voisins_0_94_2274.html

Liaisons ferroviaires transfrontalières : les régions pourront s’associer aux Etats voisins

Dix huit ans après l’entrée en vigueur de l’espace Schengen en 1995 qui permet la libre circulation au sein des États signataires, un pas de plus va être franchi pour l’organisation des déplacements ferroviaires transfrontaliers.

Pour faire rouler des TER transfrontaliers, les régions françaises vont pouvoir maintenant s’allier à des États limitrophes. Jusqu’à présent, le code des transports n’autorisait un conseil régional à conclure une convention qu’avec l’autorité organisatrice de transport d’une région d’un pays limitrophe. Uniquement de façon bilatérale.

Aujourd’hui, l’article 2 du projet de loi portant disposition en matière d’infrastructures et de service de transports – une sorte de pot-pourri législatif destiné notamment à modifier le mode de répercussion de la future écotaxe poids lourds– présenté fin décembre 2012 par le gouvernement prévoit en effet cet élargissement. Le texte permettra ce type d’association par le truchement d’un Groupement européen de coopération territoriale (GETC).

Concrètement, cela permettra par exemple à la Principauté de Monaco de s’associer à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui exploite déjà certains trains de voyageurs transfrontaliers avec la province italienne de la Ligurie. La ligne Cannes Vintimille via Monaco transporte chaque jour 13 000 personnes.

Autre débouché, la modification du code des transports offrira la possibilité à la Lorraine de mieux organiser les services ferroviaires avec son voisin luxembourgeois. En 20 ans, le nombre de travailleurs transfrontaliers entre la Moselle et le Luxembourg a triplé ( près de 70 000 recensés en 2008 – lire : « Une gare démontable au Luxembourg »).

Le futur texte permettra également de mobiliser des fonds européens pour des projets transfrontaliers, mais aussi des faires bénéficier les futures autorités organisatrices que seront les GETC des fonds des riches frontaliers comme le Luxembourg ou la Suisse…

Marc Fressoz

Inauguration du Pôle Azur Provence intermodal, à Grasse

Un Pôle intermodal ou multimodal, c’est quoi ? C’est pour un même déplacement, un lieu qui rassemble différents modes de transport. En général, cela part d’une gare SNCF, puis s’ajoute une gare routière (bus et cars), un parc relais (parking autos payant ou gratuit, gardé ou non), et un lieu pour garer les vélos (soit en flotte à disposition des citoyens, ou bien, un parking où les usagers peuvent y déposer en toute sécurité, leur propre bicyclette)…

Actuellement et un peu de partout dans le département des Alpes-Maritimes, poussent ces nouveaux complexes de transports, facilitant les choix pour se déplacer d’un mode à l’autre. Ainsi, Grasse via le Pôle Azur Provence innove dès le 12 octobre 2012, avec l’inauguration de son Pôle multimodal.

Pôle Intermodal Grasse_Mode d’emploi

OUVERTURE PÔLE INTERMODAL DE GRASSE

Source : www.poleazurprovence.com

 Les travaux du pôle intermodal de Grasse au niveau de la gare TER de Grasse touchent à leur fin (démarrage : décembre 2009).

L’ouverture est prévue en été 2012.

Ce parking-relais comprend :
– Un parking à 2 niveaux de 222 places, dont 5 places réservées aux personnes à mobilité réduite disposées à proximité des ascenseurs et 20 places deux roues motorisés.
– Une gare routière comprenant 9 quais.
– Une dépose minute permettant, grâce à un circuit spécifique, une grande fluidité et une proximité avec la gare. La prise en charge des taxis reste visible de la gare et sa situation permet aux véhicules de prendre en charge les passagers et de s’injecter dans le flux urbain sans difficulté.
– Les abris vélos seront situés sur le parvis, et de ce fait seront à proximité de la gare.
– Une aire de stationnement des cars de 9 places. Elle permet également d’utiliser un espace moins stratégique pour le pôle d’échanges, afin d’éviter de monopoliser les quais par les bus ayant un temps d’attente très long avant le prochain départ.

La création de ce pôle a de nombreux objectifs :
-Favoriser le lien entre les différents modes de déplacement (train, bus, marche à pied, vélo, voiture, deux-roues motorisées et taxi).
-Renforcer l’accès aux transports en communs en améliorant l’accessibilité sur le territoire de la Communauté d’Agglomération.
-Créer les conditions qui permettent aux habitants, aux scolaires ou encore aux acteurs économiques de se déplacer facilement et qui favorisent la cohésion sociale et le développement économique en minimisant les nuisances environnementales.

Ce parking sera un parking-relais (P+R) où le stationnement sera gratuit pour les usagers des Transports en Commun (Sillages, Conseil Général 06 et TER).

Autre lien : Démarrage des travaux en décembre 2009

WebtimeMedias le détaille : Grasse : Pôle Azur Provence inaugure son Pôle Intermodal Publié le 11 octobre, 2012 – 19:54 par Jean-Pierre Largillet
Parking de 220 places, nouvelle gare routière, abri vélo, lien direct avec la gare SNCF : ce nouvel équipement d’un coût de 10 millions d’euros est un des grands projets de la Communauté d’agglomération Pôle Azur Provence qui fête ses dix ans. Il marque la volonté de la CAPAP de développer les transports en commun.

 

Avec le Pôle Intermodal de Grasse c’est un des projets marquants mené par le Pôle Azur Provence depuis sa création qui sera inauguré demain vendredi 12 octobre, à 11 heures, route de la Marigarde, à proximité de la gare SNCF. Un équipement structurant, réalisé par communauté d’agglomération qui a été fondée en 2002 et fête cette année ses dix ans d’existence. L’inauguration se fera en présence de Christophe Mirmand, préfet des Alpes-Maritimes, Michel Vauzelle, président du Conseil régional Paca, Eric Ciotti, président du Conseil général, Jean-Pierre Leleux, sénateur-maire de Grasse et président de la communauté d’agglomération Pôle Azur Provence ainsi que des élus de la Capap.

L’intermodalité entre train, bus, marche à pied, vélo, voiture, motos et taxis

En accompagnement de la réouverture de la ligne TER Cannes-Grasse en mars 2005, les élus communautaires avaient affirmé leur volonté de développer une politique dynamique en faveur des transports en commun par la réalisation de Pôles intermodaux. Une première étape avait été amorcée avec l’aménagement du pôle d’échanges situé en gare de Mouans-Sartoux. La réalisation d’un équipement intermodal en gare de Grasse poursuit cette structuration d’un maillage cohérent et global des différents modes de déplacement sur le territoire de la communauté d’agglomération.

La création de ce pôle d’échanges vise plusieurs objectifs. Il s’agit de favoriser l’intermodalité entre les différents modes de déplacement (train, bus, marche à pied, vélo, voiture, deux-roues motorisées et taxi), de valoriser et renforcer l’accès des usagers aux réseaux de transports en commun en améliorant l’accessibilité sur le territoire de la Communauté d’Agglomération ainsi que de créer les conditions d’une mobilité durable qui permettent aux habitants, aux scolaires ou encore aux acteurs économiques de se déplacer facilement.

Ce pôle intermodal se compose d’un parking à 2 niveaux comprenant 220 places, dont 6 places réservées aux personnes à mobilité réduite disposées à proximité des ascenseurs et 20 places deux roues motorisés. S’y ajoute une nouvelle gare routière avec les bus Sillages et les cars départementaux Lignes d’Azur et un dépose minute permettant, grâce à un circuit spécifique, une grande fluidité et une proximité avec la gare. Des abris vélos seront d’autre part situés sur le parvis à proximité de la gare, tandis qu’une navette FUNIX à 1 € permettra de rejoindre le centre-ville de Grasse (toutes les 15mn). Il est prévu enfin un lien direct avec la gare SNCF.

Une opération en cohérence avec plusieurs autres grands projets

Cette opération, de plus, s’inscrit en cohérence avec plusieurs projets. Ainsi, elle est en liaison avec la création d’un funiculaire entre la gare TER et le centre-ville de Grasse, par le Syndicat mixte de transports Sillages. Elle s’intègre également avec la création d’une passerelle piétonne entre la future gare routière et la station basse du funiculaire, par le Syndicat mixte de transports Sillages. Elle joue aussi sur l’amélioration de la capacité de la ligne TER Cannes-Grasse par RFF à l’horizon 2014, avec un train toutes les demi- heures en heure de pointe, et une réorganisation globale du transport collectif (Sillages/CG06) s’articulant autour de la gare TER. D’autre part, elle est en cohérence avec un projet de renouvellement urbain sur le secteur de la gare comprenant la création de logements, commerces et équipements publics et la création de cheminements piétons permettant de relier les quartiers périphériques.

Le coût de ce nouvel équipement atteint 10 millions d’euros avec un peu plus de 5 millions d’euros de financements extérieurs (Conseil général avec le contrat de plan départemental, Conseil régional avec le contrat de projet 2007-2013, Etat et Europe via le FEDER)

Innovation italienne : réutilisation de l’excédent électrique des trains

Ou comment avoir une énergie encore plus durable ? Ici une idée innovante qui ne manque pas d’énergie ! 😉 … Laurence

Sources du 14.05.2012 : bulletins-electroniques.com et smartplanet.fr 

Revue de web: le projet espagnol Ferrolinera 3.0 étudie un système de recharge rapide des véhicules électriques dans les gares. Une étude pilote sera menée en laboratoire et dans le nouveau métro de Malaga.

Une nouvelle génération de trains, équipés d’une technologie de freins régénératifs, permet de transformer une partie de l’énergie cinétique du train en énergie électrique au moment du freinage. Cependant cette énergie « rendue » à la caténaire doit être utilisée dans l’instant, sinon elle est donc brûlée au travers de résistances. 15% de l’énergie générée par le réseau de métros et de trains de courtes distances serait ainsi perdue.

Un consortium mené par l’Administrateur d’Infrastructures Ferroviaires (ADIF), auquel participe notamment le groupe de recherche de Technologie Electronique de l’Université de Séville, l’Université de Malaga, et les entreprises Affirma, MP, Green Power (GPtech) et IAT, s’est donc proposé de développer un système de recharge des véhicules électriques qui utilise cet excédent d’énergie produit par les réseaux de trains et métros.

Le projet, baptisé Ferrolinera 3.0, a pour objectif de mettre en place dans les stations de trains un système de recharge rapide des véhicules électriques (en 20 minutes). Cette solution contribuerait à augmenter l’efficacité énergétique des stations de trains et rendrait plus écologique la voiture électrique utilisant une source électrique « propre ».

Pour récupérer cette énergie et la stocker au lieu de la brûler, le système de recharge du projet Ferrolinera 3.0 se base sur une combinaison de super condensateurs et de batteries. Un super condensateur fait usage de batterie ultra rapide. Il est capable d’accumuler beaucoup d’énergie et la restituer rapidement. Contrairement aux batteries électrochimiques traditionnelles, un super condensateur ne se base pas sur une réaction chimique, il peut donc se recharger 10000 fois plus vite que des accumulateurs traditionnels, mais il doit en contrepartie être rechargé souvent.

Afin de tester la viabilité de l’innovation, une étude pilote sera menée au Laboratoire d’Energie de l’ADIF ainsi que sur le nouveau métro de la ville de Malaga. A l’issu du développement technologique, l’objectif est d’installer tout un réseau de points de recharge connectés au réseau ferroviaire afin de proposer au marché de la mobilité électrique une nouvelle alternative pour la recharge. L’idée de renforcer ses futurs points de recharge électrique par un système photovoltaïque a déjà été évoquée en cas de besoin.

Sources: La energia sobrante de los trenes podria ser utilizada para cargar coches eléctricos, Plataforma Sinc, article du 24 avril 2012 – http://redirectix.bulletins-electroniques.com/bD4sU

Rédacteurs: Laure Denos, chargée de mission, sst@ambafrance-es.org

Origine: BE Espagne numéro 115 (14/05/2012) – Ambassade de France en Espagne / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/70005.htm

PS (SmartPlanet): présentation en anglais du projet sur le site de l’ADIF

Photo (ajout de SmartPlanet): Ricardo Ricote Rodriguez / Wikipédia, sous licence Creative Commons CC by-sa

Terminus pour la LGV Paca !

Déjà à l’arrêt avant d’avoir démarré !!…Laurence

Sources : 20Minutes.fr du 15/02/2012 
 

RFF renonce à faire rouler des trains à 350 km/h

Sur une voie de garage…

Les trains circuleront à 250 km/h maximum entre Marseille et Nice.Photo P.Magnien

A l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue hier matin à Marseille, Réseau Ferré de France (RFF) a enterré en douceur le projet de LGV Paca. « La réalisation d’une ligne à grande vitesse pure se transforme devant la nécessité de mettre en place un système performant dans la région, lâche Jean-Michel Cherrier, chef de mission de la LGV Paca. Nous devons allier trains quotidiens et vitesse adaptée aux enjeux du territoire. »

« Nous respectons nos objectifs »
Du coup, RFF abandonne l’idée de faire passer des trains à 350 km/h au profit d’un « panachage » entre créations de lignes nouvelles et renforcement des infrastructures existantes, où les voies seront triplées, voire quadruplé, et sur lesquelles les trains rouleront entre 130 et 250 km/h selon les endroits.

Et certaines orientations polémiques comme le fuseau passant par les vignes de Bandol, l’implantation d’une gare à Toulon-Est ou sur l’axe Cannes-Grasse et la ligne en site propre entre Toulon et Le Muy sont carrément remis en cause. « On a pris en compte les demandes de certains territoires, c’est la règle de la concertation, affirme Jean-Michel Cherrier.

Mais nous respectons nos objectifs initiaux qui sont de mettre Nice à une heure de Marseille [contre 2 h 30 actuellement], de concurrencer l’autoroute et de travailler sur un système de RER performant. » RFF compte ainsi mettre en circulation en 2023 sept trains rapides entre Marseille et Toulon et neuf entre Marseille et Nice. Un réseau de transports pour les trois grandes villes du littoral qui s’apparente à celui mis en place en Ile-de-France et qui permettra d’augmenter « les performances internes à la région », où les flux ferroviaires augmentent de près de 4 % par an depuis 1996.

Autant de modifications pour le projet de LGV Paca qui pourrait aussi bientôt voir son nom changer, selon RFF.

 Jérôme Comin
Calendrier
Réseau Ferré de France assure que les nombreuses modifications prévues sur la LGV PACA ne retarderont pas la livraison du projet, attendue pour 2023, ni son coût, estimé entre 18 et 20 milliards d’euros.

Un train passe, mais pas la « LGV Paca » !

Voilà qu’après plusieurs réunions, concertations et beaucoup de mécontentements, la « LGV Paca » pourrait bien supplanter notre « Arlésienne » !! 😮 Tout le monde en parle, mais on n’en voit pas encore le bout…du tunnel ! 😮 … Voilà les 2 premiers articles, sur le sujet !… Laurence

——————Source : Nice Matin du 22 déc. 2011 ————————————————-

LGV Paca : le préfet de région demande à RFF de modifier sa copie pour juillet 2012

 

Le préfet de la région Paca, Hugues Parant, a présenté jeudi les conclusions du comité de pilotage de la LGV Paca, demandant à RFF « de compléter sa copie » pour juillet avec un projet remanié dans lequel les transports de proximité seront mis en avant face à « la grande vitesse ».

Le représentant de l’Etat a demandé à Réseau ferré de France (RFF) de rendre au début de l’été « un projet global », qui ne portera plus le nom de Ligne à grande vitesse (LGV) et dans lequel « tout ce qui intéresse les gens au quotidien, (notamment) les transports ferrés de proximité » sera mis en avant.

« Il est normal qu’un certain nombre de personnes ne se sentent pas concernées par la ‘grande vitesse’, alors que demain tout le monde sera concerné par (les transports de proximité », a-t-il affirmé.

M. Parant a souligné que, face « à la thrombose » qui menace les agglomérations de la région tant au niveau routier que ferré, il n’y avait pas d’autre solution que la création d’une nouvelle ligne ferroviaire.

Depuis le lancement de la concertation sur la LGV Paca à la mi-septembre, RFF s’est heurté à une vive opposition dans les Bouches-du-Rhône et dans le Var. Devant cette levée de boucliers, avec plusieurs manifestations et des réunions publiques annulées, les préfectures de ces deux départements avaient dû, à la fin novembre, interrompre la concertation.

« Les oppositions très fortes ont été écoutées et font qu’il y a des solutions qui sont totalement à proscrire, comme le passage au milieu du vignoble de Bandol ou le passage dans une zone sensible, ou en zone urbaine tout court », a indiqué le préfet.

Outre l’abandon du tracé traversant l’AOC Bandol, M. Parant a affirmé que le projet de gare de Toulon-est et le projet de ligne en site propre entre Toulon et Le Muy (Var) seraient également définitivement rejetés du nouveau projet.

En revanche, le préfet a indiqué que des études pouvaient être lancées pour « ce qui fait consensus » aux « deux bouts de la ligne », notamment concernant l’aménagement de la gare Saint-Charles à Marseille, pour « une gare à l’est du Var », et, dans les Alpes-Maritimes, pour le tronçon reliant l’aéroport de Nice et l’est du département du Var.

La LGV, qui a pour objectif majeur de « constituer l’arc méditerranéen Barcelone-Marseille-Gênes » et parer à la saturation prévisible du réseau (40 millions de passagers annuels aujourd’hui, 80 millions en 2020, 110 millions en 2040), mettra Paris à 4 heures de Nice, contre près de 5h40 actuellement.

Jeudi dans la soirée, le président socialiste de la Région Paca, Michel Vauzelle, s’est félicité dans un communiqué de presse « du consensus qui s’est dégagé » à l’issue de la réunion du groupe de pilotage, soulignant « que cette infrastructure nouvelle est indispensable pour remédier à la saturation du réseau régional ».

De même le maire de Nice, Christian Estrosi (UMP), et le président du conseil général des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti (UMP), se sont réjouis dans un communiqué commun du soutien du préfet pour « (leur) projet de création d’un premier tronçon reliant l’aéroport de Nice-Côte d’Azur à l’est du département du Var ».

fpredac (om)  AFP
————–Source : WebTimeMedias du 23 déc. 2011,par Jean-Pierre Largillet———–

On ne l’appellera plus LGV Paca

Suite aux vives contestations dans les Bouches-du-Rhône et le Var, le préfet de Région Hugues Parent a présenté hier les conclusions du comité de pilotage. Le projet se poursuit mais devient global. Il ne s’appellera plus LGV Paca et visera le transport de proximité plutôt que la grande vitesse tandis que certains éléments conflictuels sont abandonnés (traversée de l’AOC Bandol, gare à Toulon-est, ligne en site propre Toulon-Le Muy).

Exit la LGV Paca ! Bonjour les transports de proximité. En rendant hier les conclusions du comité de pilotage de la LGV Paca, le préfet de Région, Hugues Parant, a demandé à ce que RFF (Réseau Ferré de France) revoit sa copie pour juillet et remanie son projet afin de mettre en avant les transports de proximité que réclament les populations plutôt que la grande vitesse. Du même coup ce projet, dont le tracé avait suscité une forte opposition dans le Var et les Bouches-du-Rhône depuis l’ouverture de la concertation le 4 juillet dernier, devient global et ne s’appellera plus LGV Paca.

Hugues Parent, a toutefois précisé que le projet n’était pas pour autant abandonné et qu’une nouvelle voie était nécessaire pour éviter la « thrombose » qui menace les agglomérations de la région Paca. Parmi les points à retenir de sa présentation, on notera plusieurs abandons : ceux du tracé à travers l’AOC Bandol, de l’implantation d’une gare à Toulon-est et de la création de la ligne en site propre entre Toulon et Le Muy.

En revanche, ce qui a fait consensus serait maintenu : la gare Saint-Charles à Marseille, « une gare à l’est du Var » sans plus de précision, et, pour les Alpes-Maritimes, le tronçon qui irait de l’ouest de Nice où se trouve l’aéroport, à l’est du département du Var. Cette nouvelle donne pour l’ex LGV Paca a été bien accueillie dans les Alpes-Maritimes. Christian Estrosi, président de NCA et Eric Ciotti, président du Conseil général ont se sont réjouis notamment dans un communiqué adressé au préfet de Région, du « projet de création d’un premier tronçon reliant l’aéroport de Nice-Côte d’Azur à l’est du département du Var« . Une proposition qu’eux mêmes avaient formulée.

A lire l’article également dans Leparisien.fr « LGV Paca: le préfet de région demande à RFF de modifier sa copie pour juillet »

Voir le site officiel : www.lgvpaca.fr/