« LGV Paca »

 La « LGV PACA » en question :
 

LGV Paca_CoPil du 09.01.2013

Réseau Ferré de France – Grand projet ferroviaire – Sud Europe Méditerranée

 
—————– 14 février 2013 ———–

Parce-que le projet de la « LGV PACA » est mort dans l’oeuf et ne s’appelle plus ainsi, le débat prend une autre direction avec la promotion de la « NLF » :

« Nouvelle Ligne Ferroviaire »

Dans ce cadre, la CCI Nice Côte d’Azur ainsi que d’autres acteurs du département des Alpes-Maritimes, se mobilisent autour de cette pétition :
« Mobilisation pour La Nouvelle Ligne Ferroviaire : Les Alpes-Maritimes réclament une solution efficace et durable aux problèmes de déplacements. » 
 Pour un gain d’une heure entre Marseille et Nice
 Merci d’en prendre lecture, de signer cette pétition et de diffuser à votre entourage ! 
 Pétition_NLF CCI NCA
 
A ce jour du 14/02/2013, déjà 4 430 signatures !

Soyons les acteurs de demain !

  
2013.02.01_Nouvelle Ligne Ferroviaire en Paca
 
——————————————————Actualité Nice Matin Antibes, 10.01.2013 ———-
Dernières nouvelles fraîches de la LGV Paca qui semble reprendre un 2ème élan ! Jusqu’à quand ? …

« La LGV PACA se relance tronçon par tronçon »

Le tronçon Nice-Le Muy permettra de gagner environ 40 minutes sur le trajet Marseille-Nice
Le tronçon Nice-Le Muy permettra de gagner environ 40 minutes sur le trajet Marseille-Nice – Photo François Baille
La voix du président de la région PACA, Michel Vauzelle, s’est jointe à celle, de Christan Estrosi, le président de la Métropole niçoise, pour tenter de sauver ce qui pouvait encore l’être…
Rien n’est définitivement gagné pour que la LGV PACA ne voie enfin le jour, mais rien n’est complètement perdu non plus ! C’est ce qui ressort d’un comité de pilotage qui s’est tenu hier à Marseille en préfecture de Région, dans le cadre de la mise en place de la Commission Mobilité 21 en charge de l’évaluation du schéma national des infrastructures de transport. Et après la douche froide qu’a provoquée l’été dernier l’annonce par le gouvernement de l’arrêt temporaire du projet, les élus azuréens*  présents à cette réunion ne se montraient guère optimistes. Sauf qu’une fois n’est pas coutume, la voix du président de la région PACA, Michel Vauzelle, s’est jointe à celle, notamment, de Christan Estrosi, le président de la Métropole niçoise, pour tenter de sauver ce qui pouvait encore l’être…« Ce consensus était indispensable pour que notre projet figure parmi les 3 ou 4 lignes prioritaires qui seront finalement retenues par le gouvernement », se félicite l’ancien ministre qui trouve d’autre raison de se réjouir :« Nous avons obtenu la confirmation de la poursuite des études que j’avais demandées au gouvernement précédent, pour la mise au gabarit du tracé Nice Aéroport-Vintimille, pour se raccorder à la LGV italienne ».Le tronçon Nice- Le Muy prioritaireMais surtout, l’élu azuréen et ses alliés de circonstances ont défendu l’idée de différents phasages pour réduire les coûts de construction de la ligne LGV PACA. « J’ai aussi plaidé, avec le soutien du président du conseil général Eric Ciotti, pour que le tronçon entre Nice aéroport et Le Muy constitue la première étape de ce nouveau phasage »,ajoute l’élu azuréen. Une fois réalisé à l’horizon 2020, ce tronçon permettra à la fois de gagner environ 40 minutes sur le trajet Marseille-Nice, mais aussi d’augmenter le cadencement des TER sur la voie littorale existante. Comité de pilotage « constructif » aussi pour Jean-Yves Petit, vice-président de la Région en charge des transports. Tout en rappelant que « la grande vitesse n’est pas la priorité », l’élu Europe Écologie justifie ce nouveau raisonnement par priorité : « nous allons donner de la crédibilité au projet en le phasant ». Reste à convaincre l’État de mettre son poids financier dans la balance : « Nous le ferons en indiquant le potentiel de personnes transportées phase par phase, pour faire la différence avec les autres projets recensés sur le reste du territoire », conclut Jean-Yves Petit.*Charles-Ange Ginesy, député des A.-M. et 1er vice-président du conseil général et Louis Nègre, sénateur-maire de Cagnes-sur-Mer et membre de la Commission Mobilité 21.
 Lien :
http://www.nicematin.com/derniere-minute/la-lgv-paca-se-relance-troncon-par-troncon.1107983.html
——————————————————Actualité Nice Matin Antibes, 12.07.2012———-
Suite au post précédent, réaction à chaud !

Abandons de projets LGV : Eric Ciotti dénonce « un coup d’arrêt inacceptable » 

Le président du conseil général des Alpes-Maritimes et député UMP, Eric Ciotti, a dénoncé jeudi le projet du gouvernement d’abandonner plusieurs projets de lignes ferroviaires à grande vitesse dont celui de Marseille à Nice, y voyant « un coup d’arrêt inacceptable ».
« Cette décision, si elle était confirmée, constituerait un coup d’arrêt inacceptable pour un projet que nous attendons depuis des années », écrit dans un communiqué Eric Ciotti, rappelant que « plusieurs dizaines de millions d’euros ont déjà été engagés ».

Considérant qu’un tel dossier, « indispensable au développement économique et à l’aménagement du territoire, ne peut être ainsi géré à la légère », l’élu demande au Premier ministre « d’indiquer clairement la position que le gouvernement entend prendre dans ce dossier ».
Le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac, a prévenu mercredi sur France 2 que le gouvernement n’aurait « pas d’autre choix que d’abandonner certains projets ».

Soruce AFP

———————————————————Linternaute du 11.07.2012———-

TGV : quels projets seront abandonnés ?

Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac a annoncé que le gouvernement pourrait renoncer à certaines lignes de TGV. Lesquelles pourraient être concernées ?
Certains projets ferroviaires français pourraient bientôt être abandonnés à cause de la crise. C’est ce qu’a annoncé le ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac. Des abandons qui devraient aider à restaurer l’équilibre des finances publiques, selon la Cour des comptes. Cette institution a en effet pointé du doigt le coût des projets d’infrastructures de transport élaborés sous Nicolas Sarkozy et qui s’élève à 260 milliards d’euros.
 
« L’Etat, ceux qui le dirigeaient en son nom, ont prévu une multitude de projets sans avoir le début du commencement du moindre financement. Il y a eu un effet d’affichage », a déclaré Jérôme Cahuzac, sur France 2, mettant clairement en cause le précédent gouvernement. En tout, ce sont donc 14 projets de nouvelles lignes TGV qui seraient menacés aujourd’hui. Ces liaisons devaient voir le jour d’ici 2020. Le ministre délégué a confirmé qu’il faudrait « élaguer dans les projets qui ont été proposés ».
Quels projets pourraient être ainsi mis de côté ? D’abord, il y a les prolongements de lignes, que le gouvernement ne juge pas prioritaires. « On peut se demander si prolonger telle ou telle ligne TGV pour un gain de temps marginal est préférable à l’entretien du réseau secondaire de transport ferroviaire, indispensable car utilisé par beaucoup », a ainsi martelé Jérôme Cahuzac. Pourrait donc être concernée la phase 2 de la branche Est de ligne à grande vitesse Rhin-Rhône, sa branche ouest et sa branche sud. Mais d’autres projets pourraient également être abandonnés, au moins pour un temps, telle la ligne à grande vitesse Bordeaux-Espagne ou celles reliant les villes de Bordeaux à Toulouse et Poitiers à Limoges. Enfin, les projets de la ligne à grande vitesse « Interconnexion Sud », qui devait relier la ligne Atlantique aux autres lignes à grande vitesse, ou de Provence-Alpes-Côte-d’Azur pourraient aussi être menacés.
 
 ———————————————————Nice Matin du 17.02.2012———–
——————————————–Nice Matin du 15.02.2012—————————
————————–Dossier LGV PACA, dernières nouvelles————————-

Terminus pour la LGV Paca !

Source: 20Minutes.fr. Créé le 15/02/2012 à 03h44
Les trains circuleront à 250 km/h maximum entre Marseille et Nice.
Photo P.Magnien

Transports RFF renonce à faire rouler des trains à 350 km/h

Sur une voie de garage. A l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue hier matin à Marseille, Réseau ferré de France (RFF) a enterré en douceur le projet de LGV Paca. « La réalisation d’une ligne à grande vitesse pure se transforme devant la nécessité de mettre en place un système performant dans la région, lâche Jean-Michel Cherrier, chef de mission de la LGV Paca. Nous devons allier trains quotidiens et vitesse adaptée aux enjeux du territoire. »« Nous respectons nos objectifs »
Du coup, RFF abandonne l’idée de faire passer des trains à 350 km/h au profit d’un « panachage » entre créations de lignes nouvelles et renforcement des infrastructures existantes, où les voies seront triplées, voire quadruplé, et sur lesquelles les trains rouleront entre 130 et 250 km/h selon les endroits. Et certaines orientations polémiques comme le fuseau passant par les vignes de Bandol, l’implantation d’une gare à Toulon-Est ou sur l’axe Cannes-Grasse et la ligne en site propre entre Toulon et Le Muy sont carrément remis en cause. « On a pris en compte les demandes de certains territoires, c’est la règle de la concertation, affirme Jean-Michel Cherrier. Mais nous respectons nos objectifs initiaux qui sont de mettre Nice à une heure de Marseille [contre 2 h 30 actuellement], de concurrencer l’autoroute et de travailler sur un système de RER performant. » RFF compte ainsi mettre en circulation en 2023 sept trains rapides entre Marseille et Toulon et neuf entre Marseille et Nice. Un réseau de transports pour les trois grandes villes du littoral qui s’apparente à celui mis en place en Ile-de-France et qui permettra d’augmenter « les performances internes à la région », où les flux ferroviaires augmentent de près de 4 % par an depuis 1996. Autant de modifications pour le projet de LGV Paca qui pourrait aussi bientôt voir son nom changer, selon RFF.
 Jérôme Comin
Calendrier
Réseau ferré de France assure que les nombreuses modifications prévues sur la LGV Paca ne retarderont pas la livraison du projet, attendue pour 2023, ni son coût, estimé entre 18 et 20 milliards d’euros
———————————————————Nice Matin 30.01.2012———————
———————La LGV Paca fait toujours couler de l’encre …——————
 

Début de la concertation spécifique pour le tronçon Nice-Vintimille

Source : WebTimeMedias, le 19.01.2012 – 15:58 par Christiane Navas
 
Si le projet de LGV Paca a pris le rythme d’un tortillard à l’ouest de la région avec la multiplication des manifestations de protestation, à l’est, la concertation continue. Une concertation spécifique pour la section Nice-Italie « De Nice à Vintimille, pourquoi, comment ? » vient même d’être lancée sur recommandation de la Commission nationale du débat public après l’accord donné par la ministre du développement durable et des transports à la prise en compte de la liaison Nice-Italie dans le cadre de l’enquête d’utilité publique programmée pour 2015.

La première réunion publique sur le futur tronçon LGV Nice-Vintimille a été organisée le 16 janvier à Menton, en présence des représentants de RFF,Jean-Michel Cherrier, chef de la délégation Paca et de Fabien Pastour, chargé de projet territorial pour les Alpes-Maritimes, en présence de Paolo Odone, président de la CCI de Gênes. Un groupe de travail auquel peuvent participer toutes les personnes intéressées en s’inscrivant sur le site www.lgvpaca.fr, rubrique « De Nice à l’Italie » se réunira le 24 janvier et le 7 février, enfin la réunion publique de clôture se tiendra à Nice, le 16 février, à l’hôtel Boscolo Park.

« L’enjeu du prolongement de la LGV Paca avec le projet Nice-Italie est d’ajouter un maillon supplémentaire sur l’Arc méditerranéen ferroviaire qui devrait relier Barcelone à Gênes », a rappelé Jean-Marc Cherrier, « c’est aussi un système ferroviaire global qui permettra d’améliorer le trafic classique, dont celui assuré par les TER ». Pour cela s’impose selon les premières études de RFF la création d’une deuxième ligne pour compléter celle existante. Le tracé proposé prévoit une nouvelle ligne réalisée pour l’essentiel en tunnel avec un unique passage en surface autour de la commune de Eze et création d’une nouvelle gare à Monaco.

La possibilité pour cette nouvelle ligne d’accueillir ou pas un trafic mixte, fret et passagers, a été évoquée mais n’est pas encore tranchée. « Le trafic de marchandises exige des pentes plus douces donc des tunnels plus longs, ce qui entraîne des coûts plus élevés » a précisé Fabien Pastour. S’agira-t-il d’une ligne à très grande vitesse ? Probablement pas, compte tenu de la configuration du terrain et de la jonction avec le réseau ferroviaire italien. La ligne en cours de doublement entre Gênes et Vintimille (35 km restent à réaliser, manquent 1,5 milliard d’euros pour le faire mais les Italiens espèrent que le chantier sera terminé à l’horizon 2020) ne permettra pas de circulation des trains à plus de 200 km/h. Le nouveau système ferroviaire permettrait tout de même de relier Nice et Gênes entre 2h contre 3h11 aujourd’hui.

Christiane Navas

——————————LGV Paca, du côté de la CASA—-Nice Matin du 14.01.2012——

 —–Compte-rendu du Copil du 22.12.2012 pour le Préfet de la région PACA—

LGV Paca-CR Copil_22.12.2011
Bilan d’étape de la concertation du 22.12.2012
Les 1ers résultats de la concertation sur les scénarios et les fuseaux
 

———— La CCI Nice Côte d’Azur et la LGV PACA ———–

La Chambre de Commerce et d’Industrie mobilise le grand public, les acteurs économiques et institutionnels sur la nécessité d’avoir une Ligne à Grande Vitesse (LGV) Provence Alpes Côte d’Azur (PACA) rapidement.

« Les 10 bonnes raisons de réaliser le projet » :

  • Améliorer l’accessibilité de la région PACA grâce à la grande vitesse
  • Renforcer la compétitivité et l’attractivité du territoire
  • Ouvrir la région sur la France, l’Arc Méditerranéen et l’Europe
  • Dynamiser les échanges sur l’Arc Méditerranéen (ex : Nice/Milan en 3H00, Marseille/Gênes en 3H30)
  • Consolider une dynamique économique régionale en rapprochant les agglomérations
  • Faciliter les déplacements à l’intérieur de la région
  • Répondre à la congestion des réseaux existants
  • Favoriser les déplacements durables et lutter contre les pollutions
  • Anticiper les besoins de déplacements des générations futures
  • Proposer un mode de transport économique face à des coûts de déplacements domicile-travail qui pèsent de plus en plus sur le budget des ménages
Pétition en ligne (clic sur image) :

Quels seront les bénéfices du projet pour l’économie locale ?

  • La création d’emplois directs (construction, besoins du chantier) et indirects à toutes les étapes du projet
  • Une attractivité nouvelle des territoires traversés
  • Des échanges plus fluides entre les métropoles régionales
  • Une plus grande ouverture au reste de l’Europe
  • Une proximité stratégique avec les grands centres économiques
  • Un développement touristique urbain significatif sur les courts séjours

Les actualités :

  • LGV PACA, en péril ?
    Le temps de la mobilisation dans les Alpes Maritimes
    Réunion d’échanges avec les acteurs économiques sur la LGV PACA : Le vendredi 18 novembre 2011 de 16h00 à 18h00

Les liens utiles :

Le projet Ligne à Grande Vitesse PACA dans les Alpes-maritimes :

——————————————-Autres liens ——————————————————–

LGV PACA_Après le Var_débat public suspendu dans les BdR_NceMatin_29.11.2011

Sur le site de l’Association de la Défense de l’Environnement de Villeneuve ADEV06, description des 4 tronçons étudiés pour le passage de la LGV PACA :

ADEV06_LGV Paca_Fiches 4 fuseaux secteurg-coter06-20.10.2011

Les avis du GIR Maralpin sur le sujet (Groupement Interdisciplinaire de Réflexion)

LGV PACA_Le préfet régional envisage d interrompre le débat face à la grogne_NiceMatin_25.11.2011

LGV PACA_Le préfet du Var interrompt la concertation dans son département_NceMatin_25.11.2011

La LGV Paca est un projet vital pour l’avenir économique et les entreprises des A-Maritimes.

Tous ensemble, nous devons être mobilisés pour que les décisions soient prises rapidement et que le projet avance. C’est pour cela que la CCI de Nice Côte d’azur a organisé une réunion d’échanges sur le sujet, le 18 nov. 2011.

Le projet de LGV PACA est actuellement dans une phase importante : une concertation est en cours avec comme objectif de définir pour la fin de l’année 2011 un couloir de passage de 1000 m entre Marseille, Nice et la frontière italienne.

Toutefois le projet soulève de nombreuses oppositions dans le Var qui risquent de compromettre son avancement. Il est donc essentiel que les entreprises des Alpes-Maritimes se mobilisent afin que ce projet vital pour notre compétitivité et notre attractivité économique aboutisse et réponde au mieux à nos besoins.

Cette rencontre fut l’occasion de faire un point global sur le projet et de débattre avec les représentants de Réseau Ferré de France (RFF) sur :

  • Les enjeux de la LGV,
  • Son planning de réalisation,
  • Les différents scénarii fonctionnels et les fuseaux de passage soumis à la concertation, leurs principales caractéristiques : temps de parcours, desserte, coût…
  •  Nos besoins et attentes par rapport à cette infrastructure

Résumé sur la LGV PACA (les 4 scénarii) : Concertation publique pour la LGV PACA_Transflash n° 366_Oct.2011

——————————-

Participer aux réunions de concertation pour la LGV PACA (clic ci-dessous) :

La concertation vue par ses acteurs (Bouches du Rhône, Var, Alpes-Maritimes), en vidéo

2 réflexions sur « « LGV Paca » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *